vendredi, 24 novembre 2017
 

Tchad : La machine des fraudes électorales du MPS se fissure

« Le MPS est battu à plate couture dans toutes les régions sauf à l’Ennedi et à Iriba ; personne ne veut du MPS ; même à Ndjamena où le Président a dépensé tant d’énergie pour son développement, les ndjamenois nous ont rejetés. C’est avec mille efforts que nous avons pu arracher (par force bien sûr) 22 des 30 sièges. Si nous ne changeons pas de stratégie, les présidentielles seront très très dures et ce que les rebelles depuis 1990 n’ont pas pu arracher par les armes, risque d’être arraché par les urnes. » Paroles de Mahamat Ali Abdallah, un des architectes de la fraude électorale du système Deby depuis 20 ans.

C’était au cours d’une réunions des « experts de FMI », c’est le terme utilisé pour designer les professionnels de la fraude du système, que Mahamat Ali a tenu ce langage. « Les experts du FMI » sont des jeunes pour la plupart lycéens et universitaires, complètement inconnus du grand public mais qui sont au cœur, le bras armé du système des fraudes électorales.

Le régime commence à reconnaître que le système de fraude mis en place est devenu obsolète, rebeloté tout au long des années, il est désormais compris par tout le monde. Sans les fraudes Deby ne gagnera aucune élection et le régime commence à avoir peur. Le bilan provisoire dressé par Mahamat Ali est sans appel ; « Le MPS est en perte de vitesse partout, seuls le Kanem, le Bahr Ghazal, le BET sont à espérer et ça encore. Le Ouaddaï et le Biltine, excepté Arada et Iriba, ont totalement bousculé dans l’opposition. C’était une très grande erreur d’envoyer en campagne dans le Ouaddaï – Biltine celui là même qui a enlevé, torturé et assassiné Ibni Oumar, les gens le connaissent bien et n’ont pas la mémoire courte. (NDLR – Que le Cl Adam Souleymane dit Adam Touba, neveu de Deby est l’exécuteur d’Ibni Oumar est un secret de polichinelle, mais toi Mahamat Ali, quelle est ta part de responsabilité dans cette tragédie ??)

Mahamat Ali Abdallah de poursuivre : « Gali va enlever haut les mains Kyabé, c’est le système de « Akoulou, ma tichilou » (bouffez le mais ne votez pas pour lui), qui est en vogue là-bas. On fera tout pour avoir Kyabé car on ne peut pas laisser le SG du MPS se faire battre par un opposant, quant au reste du Sud, n’en parlons pas. Tout bascule dans l’opposition. Le PR ne croit pas, mais les choses sont vraiment en train de changer au Sud, l’indépendance du Sud Soudan, les événements des révoltes populaires dans les Pays arabes, commencent à donner des idées à certains.

Le problème est que les gens ne nous craignent plus et c’est le système « Akoulou wa ma tichilou » qui devient en vogue, il y a des présidents des bureaux de vote qui ont refusé de prendre de l’argent, même certains délégués régionaux de la CENI refusent qu’on les approche. Tout cela dit que notre système est désormais fissuré, si on ne fait pas attention, ce que les rebelles n’ont pas pu nous arracher par les armes depuis 1990, le sera par les urnes. Il faut qu’on se serre la ceinture pour sauver les présidentielles. »

Tchadactuel fera parler très bientôt un de ces « experts du FMI » sur les détails du mécanisme des fraudes électorales mis en place par le système depuis les premières des élections.

Beremadji Félix

Source : http://www.tchadactuel.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes