dimanche, 22 octobre 2017
 

Tchad : Manifestation hier matin dans les rues d’Am Timan

Une manifestation des conducteurs des mototaxi appelés communément clando, a eu lieu hier matin dans la ville d’Am-Timan.

Tout a commencé le matin aux environs de 09 heures quand des policiers ont à saisir les motos des clando qui sont en train de faire leur travail comme d’habitude. Selon certains conducteurs, le motif qui les a poussés à manifester est lié à la cherté de vie. Malgré les mesures prises par les hautes autorités, le prix du carburant est toujours resté très élevé dans la ville. Le litre est vendu entre 1 500Fcfa et 2 000Fcfa et cela dure depuis le début de la pénurie de carburant.

Non seulement ça, mais la police leur exige de plus et met la pression. Chaque conducteur doit payer 3 000Fcfa et par mois pour travailler. La somme mensuelle de 3 000Fcfa était payée depuis plusieurs années mais le mois dernier, et malgré la cherté de vie, la police leur a ajouté la valeur de la taxe mensuelle. Au lieu de 3 000Fcfa, elle exige maintenant 5 000Fcfa par mois et par conducteur. Selon les conducteurs, la police leur a demandé de payer cette somme aujourd’hui alors que le mois de novembre est encore à son 29ème jour. Les conducteurs n’étaient pas d’avis avec la police sur cette somme qui est exorbitante à leur égard selon eux, et ainsi les conducteurs des diverses associations des clando d’Am-Timan sont descendus dans les rues de la ville tôt ce matin pour manifester leur colère.

Un conducteur nous affirme qu’il a 7 enfants à la maison et leur nourriture dépend de ce métier. Selon lui toujours, les choses sont si chères au marché et c’est son seul métier pour parvenir à joindre les deux bouts mais la police les dérange trop.

Ils ont sillonné la ville dans tous les sens et surtout devant le commissariat de la police. Lorsque celle-ci a décidé de bloquer la rue qui passe devant le commissariat en se pointant là avec des armes à feu tout en tirant, tout a dégénéré. Des manifestants sont arrêtés par la police. Après les tirs, heureusement aucune victime n’a été signalée à part les manifestants mis aux arrêts.

En écoutant les tirs, d’autres gens se sont joints à la manifestation. Ils sont venus nombreux devant le commissariat pour donner un coup de main afin d’obtenir la libération des manifestants arrêtés ainsi que leurs engins saisis. Ils ont commencé à jeter des pierres contre le commissariat. Vers midi, la police a été obligée de libérer tous les manifestants arrêtés et leurs engins. À partir de 13 heures, le calme est revenu dans la cité et les gens vaquent normalement à leurs occupations.

Source : Alwihda Info

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes