lundi, 24 septembre 2018
 

Djibouti : émeute à Ali Sabieh ! Pour manifester contre le non paiement des salaires

De nombreuses arrestations parmi les jeunes et les femmes "ouvrières"

Selon des sources bien informées, la ville d’ALI-SABIEH aurait été placée en état de siège par les militaires stationnés dans les camps militaires d’ALI-SABIEH .

Cela ferait suite à une action des femmes qui sont employées dans la fabrication et le taillage des briques rouges et qui se seraient revoltées parce qu’elles n’auraient pas reçu leur légtitime rémunération alors qu’elles ont travaillé pendant trois mois pour le comptedu commissaire de la ville d’ALI-SABIEH.

Les briques sont utilisées pour construire la nouvelle villa d’Ismaël Omar Guelleh à ALI-SABIEH et aussi par des entreprises de construction .

Ces femmes victimes, accompagnées de jeunes, auraient investi la maison du commissaire et on aurait noté des dégradations après leur passage. Le commissaire aurait été evacué "in extremis" par des forces de polices debordées par la foule en colere.

Il aurait été fait appel aux forces armées pour disperser la foule. On signale des arrestations massives.

Bilan provisoire :

200 personnes en majortié des jeunes et des femmes auraient été interpellées et auraient été placées en detention arbitraire.

La lutte continue et la victoire est proche.

Source : http://www.ardhd.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes