vendredi, 24 novembre 2017
 

Djibouti : La famille d’un combattant du Frud enlevé

Les forces de Sécurité ont violemment dispersé les habitants de Medeho qui s’opposaient à son arrestation. Elle a été placée dans l’enceinte du camp de police à Djibouti ville, avec ses 4 enfants.

L’Observatoire pour le Respect des Droits Humains à Djibouti s’élève contre l’arrestation de Halima Bil’a et de ses 4 enfants qui a eu lieu à MEDEHO (Mablas) le 17 avril 2010, par le fameux capitaine Awalleh, déjà à l’origine de la tuerie de Tadjourah du 21 mars 2010.

Les forces de Sécurité ont violemment dispersé les habitants de Medeho qui s’opposaient à son arrestation. Elle a été placée dans l’enceinte du camp de police à Djibouti ville, avec ses 4 enfants.

Il s’agit d’une véritable prise d’otage de la part du gouvernement de Djibouti.

Selon des sources concordantes, Halima Bil’alé serait l’épouse d’un combattant du Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie. Ce qui expliquerait son enlèvement.

L’ORDHD condamne cette prise d’otage d’une mère de famille et de ses enfants, qui constitue une escalade dans les violations des droits humains, dénonce les actes d’intimidation, d’agressions physiques, et des mauvais traitements dont sont victimes les familles des opposants, condamne l’arrestation des autres civils survenue le même jour à Medeho : Kamil Ali Mohamed et Assa Mohamed ; condamne l’arrestation de l’opposant et défenseur des Droits Humains Farah Abadid Hildid le 19 Avril 2010.

Vendredi 23 Avril 2010 - 22:59

Source : Dabio .net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes