samedi, 19 janvier 2019
 

Djibouti : la terreur par la famine frappe les cheminots

Les Terroristes de l’Etat continuent à semer la panique au sein des familles des Cheminots.

Mais pourquoi les Cheminots et les dockers font-ils l’objet de mesures intolérables et inhumaines tendant à affamer leurs familles ?

Est-ce parce qu’ils ont tourné le dos aux violences de l’Etat contre ses propres citoyens ?

Alors que les Cheminots sont rentrés dans les périodes de l’Aïd EL FITR à l’instar des autres travailleurs de la République de Djibouti, ces derniers encaissent dix mois d’arriérés de salaires interminables

Certes depuis sa nomination Monsieur le Ministre Moussa Ahmed Ibrahim dit « Balala » n’a pas cessé d’essayer à remédier à une situation déjà laissée alarmante par son lamentable prédécesseur, qui avait enterré les droits des pauvres victimes Cheminots, sa politique d’indécision ou plus exactement sa politique d’incapacité consécutive à sa nomination sur des critères purement familiale, car gendre par alliance du dictateur au pouvoir.

Cette politique en réalité de mauvaise gestion, plus précisément d’une mauvaise foi du Chef du gouvernement, et Chef de Armées l’individu Ismaël Omar Guelleh qui n’a apparemment qu’un seul objectif, celui de continuer à régner par la force et la terreur.

C’est dans l’unique objectif de régulariser la situation salariales des Cheminots, que l’actuel ministre des Transports dès sa nomination s’est attelé à payer deux mois de salaires successifs en louant un terrain du Chemin de Fer Djibouti-Ethiopien en zone franche à Abdou Yasser.

Cette opération a été rapidement bloquée et malgré la volonté réelle du Ministre des Transports à trouver une solution permanente en proposant à la présidence la création et d’ouvrir un compte de solidarité permanent en faveur des Cheminots.

Cette proposition qui aurait pu permettre à résoudre assez rapidement le paiement des salaires des Cheminots ainsi que les cotisations sociales à l’Office des Prestations Sociales (OPS), l’équivalent de la Sécurité Sociale, mais cette proposition qui avait été auparavant acceptée dans un premier stade a été rapidement rejetée probablement dans l’objectif à détourner les Fonds proposés car le dictateur Djiboutien est insatiable et avide d’argent.

Ordre fut donné au ministre des Transports de ne plus se mêler des affaires des Cheminots.Force est de constater qu’aujourd’hui le Cheminots sont les Travailleurs qui souffrent le plus de la répression salariale.

C’est dans ce cadre et afin d’apporter son soutien moral à la partie Djiboutienne, que les Autorités Ethiopiennes ont dépêché une délégation auprès du gouvernement Djiboutien, afin d’apporter leur savoir faire car le gouvernement Ethiopien gère parfaitement la situation des Cheminots sous leur responsabilité qui opèrent en Territoire Ethiopien soit la très grande majorité de la ligne ferroviaire.

Ces Autorités Ethiopiennes non seulement paient régulièrement les salaires de leurs Cheminots mais encore, les salaires des Cheminots de la partie Ethiopienne ont été substantiellement augmentés le mois dernier du fait de l’inflation et de la cherté du niveau de vie en Ethiopie.

Inflation et cherté de vie qui affecte lourdement les Travailleurs Djiboutiennes et Djiboutiens, même les fonctionnaires sont eux aussi victimes car les grilles de leurs salaires sont gelées depuis 1986, tandis que les Cheminots avec leurs six cents (600) familles ne sont plus payés depuis des mois, arriérés qui se cumulent condamnant leurs familles à l’extrême pauvreté avec ses conséquences d’une famine insoutenable pire que celle de Mogadiscio où le présumé membre de la Mafia régionale s’est rendu alors que le pillage, mais surtout la vente des denrées alimentaires octroyées sous forme de dons par la Communauté Internationale se passaient sous son nez.

Ces ventes des forces armées du Gouvernement fantoche de la Somalie du Sud, créé dan un hôtel de Djibouti, sont inéluctablement cautionnées par les Forces d’occupation du Burundi et de l’Ouganda et les observateurs de Nations Unies n’ont pas jusqu’à présent envoyé une Mission d’Enquête Internationale afin de déclencher des poursuites internationales à l’égard des auteurs de ces Crimes odieux contre l’Humanité.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) lance un Appel pressant à la Communauté Internationale à prendre des mesures adéquates en réduisant même s’il le faut l’aide à ce régime irresponsable qui détourne en toute Impunité les Fonds Publics et les Biens Sociaux, qui brade les logements des Cheminots en autres.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) lance un Appel pressant au BIT à l’OIT, et à tous les Cheminots du monde entier à commencer ceux de la France qui avaient avant et après l’Indépendance géré en partie le Chemin de Fer Franco Djiboutien.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) demande à la Communauté Djiboutienne en Europe et en Amérique à déposer des plaintes pour Crimes contre l’Humanité suite à la famine provoquée à l’encontre des Travailleurs Djiboutiens en priorité les Cheminots et les Dockers.

NOEL ABDI Jean-Paul

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes