mardi, 21 mai 2019
 

Djibouti : Le 08 avril, boycottons !

À la veille du 8 avril 2011, je vous invite à vous remémorer les différentes élections, présidentielles et législatives, du passé. Ont-elles été transparentes ? Nous le saurions non ? Je dirai plus, nous la vivrions l’alternance n’est-ce pas ?

A quoi ça sert de s’abstenir si ça ne procure pas le changement ? Voilà un faux-fuyant des pseudo-démocrates auquel je répondrais, à quoi ça sert de jouer un match si mon adversaire amène et paie l’arbitre ? Perdu d’avance !

Malgré les acquis hérités des luttes multiformes pour la démocratie du Frud, des partis de l’opposition et des Syndicats dans les années quatre-vingt-dix, le RPP, le parti qui a porté la dictature ces trente dernières années, est toujours là.

Vendredi prochain, il aura peut-être gain de cause grâce à ceux et celles qui, par ignorance ou indifférence, voudrons se déplacer pour aller voter et ainsi consolider la monocratie destructrice de la liberté de presse, de la transparence politique, du respect de nos institutions gouvernementales.

Aussi, s’abstenir de voter le 08 avril est-il un geste profondément salvateur pour notre pays. Refuser de voter c’est appuyer la volonté de la grande majorité de nos concitoyennes et concitoyens qui chérissent les vraies valeurs de solidarité que nous ont légués nos ancêtres. Pourquoi choisir le cynisme ? Pourquoi adopter une attitude suicidaire au plan social et au plan de la liberté ? Pourquoi hypothéquer l’avenir de nos enfants en redonnant la confiance à un parti noyauté par des mangecrates et un tribalisme primaire ?

Alors que les Égyptiens savourent massivement dans les rues les fruits de leur révolution, nous, brouteurs de khat allons-nous nous laisser berner par le programme rance du candidat solitaire ?

Pendant que les Tunisiens recouvrent les droits démocratiques fondamentaux, nous djiboutiens, ébahis, applaudissons des promesses creuses qui n’ont pas été remplies dans les deux mandats précédents.

Que le président de la république dénonce le laxisme chronique de l’administration, son administration, à deux jours du scrutin présidentiel est une farce ! Que faisait-il ces douze dernières années ? Discours-garaaba que mâchent tous les qagaabas et les rentiers du système inégalitaire.

Les vrais démocrates ne broutent pas de cette herbe-là. Ils boycottent. Allons à la plage ce jour-là. Nous avons des plages formidables. Pourquoi les laisser aux seuls apatrides.

La vérité est que le bilan de ce gouvernement-Rpp est négatif.La tribalisation de l’administration publique, l’absentéisme, l’autorité inexistante de l’Etat…etc. Ce n’est pas nouveau. Ça dure 33 ans ! C’est la marque de fabrique du RPP et ses acolytes réuni sous le sigle plagié d’UMP. Et l’on voudrait voter pour les tares de ces enfants gâtés et embourgeoisés ? Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard. Boycottons cette mascarade pour sauver notre pays.

Quand après douze ans de pouvoir et au 3ieme congres du Afar pen, IOG décide de lire trois phrases en en afar c’est encore la même farce. Je ne vous parlerai pas ici de l’applaudimètre indécent de certains dans la salle, ni de l’orgasme buccal de la speakerine du JT afar du soir.

Simitril haw yah dimbotou hinnah, ambbo kah rifeen bokoolu hinah, mabakaqtaa rabtaway lakqo tuble inti (chanté par Abdalla lee gannat gey, citation de Toola Hanfaxé ). Avant de bulbutier l’afar, fallait donner un nom afar à au moins un de ces nouveaux quartiers construits dans les mandats épuisées monsieur le président.

Parmi les Barwaqho,les Hodans, les Wadajiirs et autres hommages aux cheicks du Golfe, fallait glisser un Wagari non ? Surtout que Arhiba et Einguela sont à l’agonie.

Il vous est facile monsieur le président de rendre hommage, dans J.A au vrai père de la Nation Ahmed Dini. Mais très difficile de l’honorer dans son pays où route, aéroport ou stade ne portent son nom.

Quand le Nord reste toujours une zone militarisée et que les natifs de cette région constituent moins de 1% de cette armée, ne parle-t-on pas d’une armée d’occupation ? Faut-il alors s’étonner qu’il y ait un climat de peur et parmi les nomades et parmi les militaires. Une bavure est vite arrivée !

Pour toutes ces raisons, boycottons !

Boycottons pour quitter la servitude volontaire.

Si le RPP détient arbitrairement le pouvoir et en abuse c’est parce que nous avons accepté d’abdiquer sans conviction ou de protester en silence.

Quand allons-nous dépasser le mur de la peur et sortir du mutisme de convenance pour arracher notre part de dignité et de justice à ceux qui nous croient à jamais asservis à une survie sans dignité ?

Sans contre-pouvoirs, aucune liberté ne s’octroie. Et ce ne sont pas les afars complices par cooptation et carriéristes, habillés en vert dans cette campagne qui parlerons en notre nom.

Source : Blog de Abdoulkader Membre du CODED.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes