samedi, 7 décembre 2019
 

Djibouti : prison à ciel ouvert gardé par des soldats occidentaux

Un dirigeant de l’opposition interdit de sortie du territoire La prison de Gabode et le centre de Nagad, ne désemplissent pas.

Les opposants croupissent toujours en prison, en particulier les dirigeants du MODEL ( Abdourahman Bachir qui est très malade , atteint de paludisme, abdourahman God et Guireh Meidal), du FRUD (Mohamed Ahmed Dit Jabha), mais aussi de simples civils , des manifestants de Balbala et d’Arhiba.

Mais le régime va jusqu’à interdire à un opposant de sortir du territoire ou de condamner un cadre pour « délit d’amitié »

Faiçal mohamed Hadi. Mohamed Daoud Chehem a été interdit de sortie de la République de Djibouti le 3 mai 2013 alors qu’il se rendait en France pour rendre visite à ses enfants.

C’est un des dix députés de l’opposition issu du scrutin du 22 février 2013, Mohamed Daoud a préféré siéger sous l’arbre en solidarité avec ses collègues qui ont été spoliés de leurs suffrages. En effet l’opposition a estimé qu’elle a remporté 52 sièges sur 65 et a décidé de réunir son propre parlement.

Ancien directeur des finances, président du PDD (parti djiboutien pour le développement), membre de la coalition USN, Mohamed Daoud Chehem, un dirigeant en vue de l’opposition , est un résistant de longue date, qui a été emprisonné à 2 reprises entre 1990 et 2000, totalisant 5 années de détention à la prison de Gabode. Malgré son tempérament discret, le président Guelleh le craint pour sa constance et son opposition résolue à ce régime.

Ce qui est plus grave encore c’est l’arrestation et la condamnation à 5 mois de prison ferme fin février de Fayçal Mohamed Hadi, secrétaire général de la Chambre de Commerce. Cadre brillant , qui n’est pas engagé politiquement, mais qui est bien apprécié dans différents milieux. On lui a reproché d’avoir eu de contacts avec l’Avocat Zakaria Abdillahi , député de l’opposition et défenseur de quelques opposants incarcérés, manifestement cette relation a été considéré par le tribunal comme « un délit d’amitié ». Maître Zakaria est en outre l’avocat de la famille de Mohamed Hadi, le père décédé de Fayçal. Cette condamnation a choqué beaucoup de gens y compris au sein du régime, et a fait dire à certains que toute la population est en sursis et que Djibouti est un prison.

Source : http://www.alwihdainfo.com/

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes