mardi, 30 août 2016
 

Djibouti : La répression pour délits d’opinion continue …

Quatre (4) nouveaux citoyens licenciés de leur travail pour leur engagement politique

La répression pour délits d’opinion continue … Quatre (4) nouveaux citoyens licenciés de leur travail pour leur engagement politique Djibouti, le 06 mars 2016

1. Kadar Abdi Ibrahim, enseignant de mathématiques à l’Université de Djibouti, révoqué de la fonction publique Kadar Abdi, citoyen engagé politiquement, membre de l’opposition et co-directeur de publication du journal « L’Aurore », a été révoqué de son poste de professeur de mathématiques à l’Université de Djibouti « pour non respect au droit de réserve » (Sic !). C’est après 18 ans de bons et loyaux services en faveur des lycéens et étudiants djiboutiens qu’une décision injuste et arbitraire vient d’être prise à son encontre.

2. Maryama Houssein Fadoul du CRIPEN (Centre de Recherche, d’Information et de Production de l’Education Nationale), licenciée Maryama Houssein, militante de premier plan des femmes de l’USN et membre du parti de l’UDJ, a été licenciée le 7 février 2016. D’ailleurs, engagée en tant que chef de bureau d’études au CRIPEN sur un CDI son licenciement ne s’explique que par son engagement citoyen, social et politique.

3. Mohamed Abdi Farah et Chirdon Khaireh Chirdon, révoqués de la fonction publique Mohamed Abdi Farah, Conseiller du Ministre de l’Intérieur, Chirdon Khaireh Chirdon, haut fonctionnaire du Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, Directeur des Sports, ont été révoqués de la fonction « pour non respect au droit de réserve » (Sic !). Mohamed Abdi et Chirdon Khaireh font partie des citoyens Djiboutiens arrêtés arbitrairement puis placés en mandat de dépôt à la prison centrale de Gabode durant plus d’un mois et demi suite aux événements tragiques de Buldhuqo. Ils sont actuellement en liberté provisoire.

Ces nouvelles atteintes sérieuses à la liberté d’opinion accentuent encore l’inquiétude des organisations des défenses des droits humains. Le harcèlement et la répression dont sont victimes les travailleurs djiboutiens cherchant à exercer leurs droits légitimes à la liberté d’expression sont légion depuis 1995, date de la révocation des principaux leaders syndicaux mais ce sont surtout accentués depuis la crise post-électorale du 22 février 2013.

Au vu des sérieuses violations des normes internationales du travail dont se rendent coupables les autorités de Djibouti depuis des nombreuses années, les organisations syndicales à travers leurs affiliations internationales porterons une fois de plus l’affaire devant le Comité de la liberté syndicale de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Le drame et le paradoxe dans ce pays c’est que les hauts cadres de l’administration et de la fonction publique qui affichent tous les jours leur appartenance politique pour le parti au pouvoir ne sont nullement inquiétés mais souvent récompensés par des promotions.

L’ODDH dénonce les violations répétées des conventions fondamentales de l’OIT et la mise entre parenthèses du respect des droits humains et de la démocratie.

L’ODDH est convaincu que la seule issue possible pour instaurer un État de droit respectueux des principes démocratiques et des droits de l’Homme est le respect des valeurs démocratiques et de la volonté populaire.

L’ODDH recommande au pouvoir de se conformer aux normes internationales ratifiées par Djibouti, aux dispositions constitutionnelles relatives à la protection des citoyens, au respect des libertés fondamentales, à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, au Pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi qu’à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Agir pour la démocratie, la dignité et la justice

Farah Abdillahi Miguil Président de l’ODDH

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes