vendredi, 21 juillet 2017
 

Erythrée : Pour la libération de Dawit Isaak

A l’heure où nous vous écrivons, Dawit Isaak est au fond d’une geôle, quelque part en Érythrée.

Rédacteur en chef du journal Setit, Dawit est l’une grande figure de la presse indépendante en Érythrée, un exemple pour beaucoup de ses confrères.

Le 18 septembre 2001, ce journaliste suédo-érythréen a été raflé et emprisonné avec dix autres collègues réformateurs influents. C’est à ce moment qu’a eu lieu, dans l’indifférence générale, le tournant totalitaire qui a mis l’Érythrée dans l’état catastrophique où elle se trouve aujourd’hui. Et c’est ainsi que le pluralisme et la presse libre se sont éteints dans ce pays.

Certaines sources racontent que Dawit est régulièrement transféré dans un hôpital militaire pour être maintenu en vie. D’autres affirment qu’il est mort. Le régime d’Asmara prétend qu’il est encore en vie. Dans tous les cas, sa famille et ses proches ont le droit à la vérité.

Cela fait des années que nous parlons de Dawit, et nous ne cesserons de le faire que lorsqu’il sera libre. En 2014, une plainte pour « crime contre l’humanité », « torture » et « enlèvement », a été classée sans suite par la justice suédoise. Dawit est pourtant aussi un citoyen européen. Il est plus que temps de connaître la vérité et d’obtenir sa libération..

Signez notre pétition pour que Dawit Isaak, ainsi que tous les journalistes détenus en Érythrée, soient libérés !

Nous comptons sur vous !

SIGNER LA PÉTITION

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes