samedi, 26 mai 2018
 

Les PDIP reprochent au gouvernement kenyan la lenteur de leur réinstallation

NAKURU - Des 600 000 personnes déplacées de force au Kenya lors des violences postélectorales de 2007-2008, il en reste des centaines à réinstaller malgré la promesse du gouvernement de les reloger dans de nouvelles maisons.

La ministre des Programmes spéciaux, Esther Murugi, affirme que 723 familles sont ainsi toujours déplacées, de même que 1 200 autres familles qui vivaient dans la forêt de Mau et ont été expulsées par le gouvernement dans le cadre de la protection des zones de rétention d’eau, vitales pour le pays.

Plus de 100 de ces familles vivent à Pipeline, un camp de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDIP) de la ville de Nakuru dans la province de la vallée du Rift.

Les conditions de vie à Pipeline sont difficiles ; les tentes pour PDIP sont complètement usées après cinq années d’exposition aux intempéries. Beaucoup de personnes dépendent du gouvernement et des organisations humanitaires pour la nourriture, mais les rations ne sont pas toujours distribuées de façon régulière.

Les élections approchent

Avec de nouvelles élections prévues le 4 mars, certaines PDIP ont déclaré à IRIN qu’elles ne voteraient pas si elles ne sont pas relogées avant le jour du scrutin.

Paul Thiong’o, qui vit dans un camp de PDIP depuis 2008, affirme qu’il est important pour lui de voter lors des prochaines élections afin d’aider le pays à choisir de bons dirigeants. « Le pays a besoin d’un bon gouvernement et seul le vote fera changer les choses », a-t-il dit.

Mais d’autres, comme Beatrice Nyokabi, pensent que le fait de voter ne changera pas grand-chose à leur situation.

« Comment suis-je censée participer à de nouvelles élections alors que je souffre encore de blessures non cicatrisées [à cause] des élections précédentes ? », a-t-elle demandé.

Des accusations de corruption

Le gouvernement promet depuis longtemps d’acheter des terrains pour réinstaller les personnes déplacées, mais les PDIP affirment que ce procédé prend trop de temps et que le gouvernement devrait plutôt leur donner de l’argent pour qu’elles s’en chargent elles-mêmes.

« J’ai maintenant abandonné l’espoir que ce gouvernement me donne un bout de terrain. Je veux recevoir de l’argent [pour] acheter une petite parcelle », a déclaré Mme Nyokabi qui dirige une association regroupant des personnes déplacées.

Les PDIP affirment que c’est la corruption de certains hauts fonctionnaires du gouvernement chargés de la réinstallation qui rend le processus aussi lent.

« Ces fonctionnaires ne nous autorisent pas à obtenir de terre [car] ils veulent négocier avec les propriétaires pour faire monter les prix et gagner de l’argent au détriment de nos besoins humanitaires », a déclaré Mme Nyokabi.

Le gouvernement dément ces accusations. « Aucun fonctionnaire ne peut demander une commission ou faire monter les prix, car ce n’est généralement pas une seule personne ou le ministère qui décide d’acheter une parcelle de terre », a déclaré la ministre, Mme Murugi.

Le gouvernement a récemment adopté une loi sur les PDIP qui prévoit notamment une approche fondée sur le droit pour la prise en charge des PDIP et la création d’un fonds pour les aider. Mais les PDIP affirment que le gouvernement n’est pas très enclin à faire appliquer la loi [ http://www.irinnews.org/fr/Report/9... ].

« Si le gouvernement était disposé à respecter la loi, nous aurions été relogés depuis longtemps », a déclaré à IRIN Jane Mwangi qui vit toujours dans le camp Pipeline.

Des plans en cours de réalisation

Les tentatives du gouvernement de réinstaller les PDIP ont parfois rencontré des résistances de la part des communautés d’accueil qui affirment que les terres leur ont été enlevées de force.

Cependant, les fonctionnaires d’État ont déclaré avoir trouvé un territoire pour reloger les PDIP restantes.

« Au cours des deux prochaines semaines [nous] allons réinstaller les gens, car nous devons seulement payer aux propriétaires terriens 10 pour cent du montant total à l’avance pour reloger les PDIP sur ces nouvelles terres, et régler le reste plus tard, quand elles seront déjà réinstaller », a déclaré Mme Murugi.

Le gouvernement affirme qu’il a déjà dépensé 176 millions de dollars pour réinstaller les personnes déplacées par les violences de 2007-2008.

Pourtant, les conflits [ http://www.irinnews.org/Report/9632... ] et les catastrophes naturelles [ http://www.irinnews.org/Report/9716... ] continuent de déplacer des dizaines de milliers de personnes, éclipsant les efforts du gouvernement pour reloger les PDIP.

Selon le Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC), en 2012 seulement, quelque 118 000 personnes ont été déplacées au Kenya à cause des violences intercommunautaires et celles liées au contrôle des ressources naturelles [ http://www.internal-displacement.or...)/070E66B46B541C0CC1257AE20043FA02/$file/kenya-overview-dec2012.pdf ].

Source : http://www.irinnews.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes