samedi, 20 octobre 2018
 

SOMALIE : Une ville frontière en manque d’eau

HARGEISA - La pénurie d’eau qui sévit à Tog-Wajale, ville située à cheval sur la frontière entre la république autoproclamée du Somaliland, au nord-ouest de la Somalie, et l’Éthiopie, met en péril la santé et les moyens de subsistance de la population locale qui n’a pas suffisamment d’argent pour en acheter.

« Le baril d’eau [200 litres] ne coûtait que 20 birr [éthiopiens] [un dollar], mais aujourd’hui il coûte environ 50 birr éthiopiens [2,5 dollars] », a dit Ahmed Jama Weirah, qui vit avec ses sept enfants à Tog-Wajale. « Nous n’arrivons pas à faire vivre nos familles ... car nos revenus ne sont pas suffisants pour acheter de la nourriture et de l’eau ».

La partie de Tog-Wajale située au Somaliland n’a pas d’approvisionnement officiel en eau depuis 1995, année de la fermeture du seul puits de la ville qui était délabré. Les principales sources d’eau sont une rivière saisonnière, qui sert de frontière entre le Somaliland et l’Éthiopie, et de l’eau pompée en du côté éthiopien à un prix élevé.

« L’eau [de la rivière] ne coule plus et nous n’avons pas les moyens d’acheter de l’eau importée », a dit M. Weirah.

« Le bétail a été déplacé au nord où il trouvera de l’eau, mais les gens de la ville sont confrontés à la pénurie », a dit Abdillahi Omar, un habitant de la ville. « Certaines familles utilisent moins de 20 litres d’eau par jour pour préparer les repas et ne se lavent pas quotidiennement ».

Les responsables de la ville ont dit à IRIN qu’ils espéraient que les précipitations arriveraient bientôt, mais qu’ils recherchaient surtout des solutions à long terme.

Le puits, aujourd’hui inutilisable, fournissait plus de 2 000 litres d’eau par jour ; une fois réparé, il ne fournirait donc pas suffisamment d’eau pour la population de la ville qui est estimée à 40 000 personnes (contre 10 000 en 1995), a dit Hashi Mohamed Abdi, le maire de Tog-Wajale.

Actuellement, quelque 20 000 litres d’eau sont pompés en Éthiopie chaque jour, « ce qui n’est pas suffisant », a-t-il dit, ajoutant que de l’eau était également acheminée depuis Kalabiat et Gabiley, au nord-est de Tog-Wajale.

La situation devrait cependant s’améliorer, car l’Union européenne (UE) a accepté de financer un projet hydraulique dans la ville. [ http://ec.europa.eu/europeaid/docum... ]

L’UE finance des projets hydrauliques dans plusieurs villes du Somaliland, y compris Hargeisa, Burao, Erigavo et Tog-Wajale ; le projet hydraulique de Tog-Wajale devrait être achevé en 2015.

Source : http://www.irinnews.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes