samedi, 25 mai 2019
 

Soudan : des opposantes au régime d’Omar el-Béchir condamnées à être fouettées

Depuis la mise en place de l’état d’urgence, le 22 février, des tribunaux exceptionnels jugent les manifestants. Parmi les plus de 1000 personnes jugées, selon l’opposition, on retrouve des femmes, souvent condamnées à être fouettées. Une première.

Une soixantaine de femmes ont été jugées par les tribunaux d’exception instaurés dans le pays depuis le 22 février, selon leurs avocats.

Fouetter est une punition qui n’existe ni dans la loi sur l’état d’urgence, ni dans les autres lois soudanais. C’est une invention pour terroriser, menacer et humilier les femmes. Le régime considère que ces punitions limiteront la participation de la femme aux protestations, mais la femme soudanaise a affronté ces injustices en résistant avec force et en luttant contre ces décisions.

Ainsi, dimanche 10 mars, Mariam Sadek al mahdi, la vice-présidente de la coalition Nida’ al Soudan, a été arrêté ainsi que sa sœur Rabah et sept autres femmes, en raison de leur participation à une marche contre l’état d’urgence. Elles ont été condamnées à une semaine de prison, à vingt coups de fouet et au paiement d’une caution, sous peine d’un allongement de la durée de détention.

Les inculpées ont fait savoir qu’elles ne paieraient pas les cautions et qu’elles faisaient appel du verdict. Les associations des droits de l’Homme au Soudan s’indignent face à ces jugements qualifiés de discriminatoires et qui « visent une nouvelle fois la femme soudanaise ».

Source : http://www.rfi.fr

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes