lundi, 23 juillet 2018
 

SOUDAN DU SUD : Clement John Kandang, « Les mines nous empêchent d’amener plus de marchandises »

BENTIU - La violence qui règne dans les États frontaliers du Soudan comme le Sud-Kordofan, qui forment aussi le grenier du pays, empêche l’acheminement des denrées alimentaires vers le Soudan du Sud. La situation s’est détériorée juste avant l’ indépendance du pays en juillet dernier.

Dans les États du nord du nouveau pays, comme l’État d’Unity, la présence de mines sur les routes vient aggraver le problème de la fermeture des routes commerciales. Clement John Kandang, 43 ans, vend du sorgho, l’aliment de base de l’État, dans la capitale, Bentiu. Il a dit à IRIN qu’avec l’augmentation massive des prix liée aux pénuries, de nombreux citoyens souffraient de la faim.

« Les prix ont augmenté parce que la frontière a été fermée et qu’il n’y a plus de circulation entre le nord et le sud. Nous dépendions auparavant du nord pour l’approvisionnement ».

« Un sac de sorgho coûtait auparavant entre 130 et 150 livres sud-soudanaises [environ 40 dollars] ; il vaut maintenant entre 400 et 450 livres sud-soudanaises [environ 120 dollars] ».

« Les denrées sont de plus en plus chères. Certaines personnes n’ont pas les moyens d’acheter et les affaires ralentissent ».

« Le sucre, le sorgho, la farine et le sel sont les denrées qui coûtent le plus cher au marché, et il est impossible de trouver des fruits et des légumes. La viande et les oufs sont aussi très onéreux. Tous les produits sont affectés ».

« Certaines personnes restent maintenant à la maison et demandent à leurs proches de les aider parce qu’elles n’ont pas les moyens d’acheter [ce dont elles ont besoin] ».

« Si les produits sont si chers, c’est à cause de la séparation des pays et des taxes. Des produits sont importés secrètement, et lorsqu’ils [les collecteurs de taxes illégaux] vous attrapent, ils exigent la moitié de ce que vous avez payé pour obtenir le produit au nord et vous ne faites aucun profit ».

« Les mines représentent une véritable menace pour la population, car toutes les routes sont maintenant bloquées. Avant, nous réussissions à faire entrer des produits [au Soudan du Sud], mais les mines nous empêchent maintenant d’amener plus de marchandises. Elles explosent sous les roues des véhicules et il nous est impossible d’amener plus de produits ».

« Je cultive moi-même quelques produits, mais je n’ai pas fait de bonnes récoltes à cause des précipitations inadéquates ».

Source : http://www.irinnews.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes