lundi, 15 octobre 2018
 

Bénin : QUE VIVENT LES POPULATIONS DE COTONOU ?

1.- Les populations de Xwlacodji vivent actuellement à la belle étoile. Elles sont livrées aux intempéries naturelles (la pluie et le soleil) comme de vulgaires bidonvilles.

En effet, leurs maisons ont été rasées emportant avec elles tout sur leur passage : habits, fortunes, motos, fournitures des élèves et étudiants, etc. Même les voduns, symboles de nos valeurs culturelles n’ont pas été épargnés. Les populations de Xwlacodji vivent les calvaires les plus intolérables par ces temps qui courent. Vous savez que ces populations sont pour l’essentiel des Xwla et Xwela. Et bien ! Cette situation les a empêchées de prendre part activement à leur fête culturelle « Nonvitcha » cette année. Mais, qui sont les auteurs de ce malheur de nos populations de Xwlacodji ?

Il s’agit d’une décision de Boni YAYI et de son gouvernement ainsi que de la mairie de Cotonou exécutée par le poulain de Nicéphore Dieudonné SOGLO, le Ministre de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme Blaise AHANHANZO GLELE. On peut penser que ce n’est que YAYI et son gouvernement à croire les déclarations du Président-Maire Nicéphore D. SOGLO. Cela est faux. Nicéphore D. SOGLO a bel et bien cosigné cette décision contenue dans un communiqué conjoint en date du 23 février 2012 qui donne l’ultimatum aux populations pour quitter les lieux au plus tard le 29 février 2012. En clair, les autorités politiques et administratives toutes tendances confondues, locales et centrales, mentent comme elles respirent aux populations.

2.- La situation est la même pour les revendeuses et les revendeurs de Gbogbanou à Dantokpa. Sous la direction du Ministre Blaise AHANHANZO GLELE, les boutiques, les étalages, les marchandises de nos bonnes dames et de nos revendeurs ont été broyés sans pitié. Face au mécontentement général engendré par cela, le Président Boni YAYI a été contraint de descendre sur les lieux. Face aux dégâts, il endosse la responsabilité en reconnaissant la justesse de l’opération. Puis il promet la mise sur pied d’un comité qui réfléchira aux solutions à apporter aux revendeuses et revendeurs de Gbogbanou. Voilà comment Yayi met en application son slogan « Je vous aime les femmes, je vous aime les populations du Bénin ».

Alors, des questions se posent. Comment peut-on raser tout un quartier comme cela ? Comment peut-on détruire les boutiques, les marchandises d’une grande portion comme Gbogbanou du marché Tokpa sans au préalable prendre des mesures pour éviter de la peine et de la misère pour les populations concernées ?

Et face à ces interrogations, le Président Boni Yayi promet la mise en place d’un comité qui réfléchira aux solutions à administrer. Pendant ce temps, les populations sont abandonnées à elles-mêmes ; les enfants abandonnent l’école. Au même moment, Nicéphore D. SOGLO qui a cosigné la décision de déguerpissement de Xwlacodji se met à verser des larmes de crocodile en disant qu’il n’était pas ni associé, ni informé. Face à ce mensonge grossier, les populations de Xwlacodji ont tenu bon. Elles lui ont jeté ses misérables dix millions de francs.

Bravo, Populations de Xwlacodji ! Vous êtes sur la juste voie. Continuez vos combats !

Nicolas AHOSSI TOKPASSI.-

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes