lundi, 23 octobre 2017
 

Blaise Compaoré : 9855 jours pour régner, 1 jour pour tomber ! (âmes sensibles s’abstenir)

Photos

Blaise Compaoré n’est plus président de la République du Burkina Faso ! Le glas de son règne est sonné par l’annonce de la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée Nationale. Une annonce signée par l’Armée qui a vraisemblablement pris le pouvoir avant le terme de ce jeudi marqué par un embrasement total avec des milliers de manifestants dans Ouagadougou la capitale singulièrement.

Mobilisés par l’opposition, la société civile et/ou des mouvements de jeunes, ces manifestants étaient animés par la même détermination : barrer la route à une révision de l’article 37 de la Constitution qui ouvrirait la voie d’un 5e mandat à Blaise. La couleur a été annoncée hier, obligeant d’ailleurs les députés du pouvoir à déserter leurs domiciles pour aller dormir à l’hôtel sous haute sécurité, à quelques encablures du siège de l’Assemblée. Lequel a finalement été saccagé par les manifestants, de même que de nombreux autres édifices publics et grandes artères de la capitale.

Les choses sont en somme allées très vite, pour faire vaciller le président en place depuis 27 ans, suite à un coup d’état marqué par l’assassinat de son ami le capitaine Thomas Sankara en 1987. Cela faisait exactement 9855 jours que Blaise Compaoré présidait aux destinés du Burkina Faso.

Plus d’un demi-siècle de règne sans partage qui, ont fini de laisser l’impression que les Burkinabé s’étaient résignés. Le considérer relevait d’une grave erreur. Les Burkinabé ne sont pas restés indifférents aux changements démocratiques opérés un peu partout en Afrique. Ce qui a développé une vague de contestation. Et last but not least, la communauté internationale, quoique fort diplomatique, n’était pas sans souhaiter un changement dans ce pays. Et Blaise semblait bien le savoir qui, ne dormait jamais, dit-on, au même endroit deux nuits successives. Parce qu’il se savait traqué, épié et en danger ? Le basculement de la situation ce jeudi amène à considérer que son régime était certes en place depuis trop longtemps mais pas si solide que ça. Tel un géant aux pieds d’argile. Il a juste fallu une journée de contestation pour faire basculer 9855 de règne d’un Blaise annoncé ce soir en exil dans plusieurs pays, comme le Sénégal et le Ghana. Rien n’est encore certain à ce niveau. Mais Blaise Compaoré et le Burkina, cela semble bien fini…

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes