jeudi, 12 décembre 2019
 

Burkina Faso : Animateur de radio suspendu après sa participation dans une réunion politique

English version below

Un célèbre musicien burkinabè et animateur de radio Sam K. Le Jah (Sama Karim) qui fut victime d’une agression physique il y a quatre ans pour avoir critiqué le Président Blaise Compaoré, se trouve, depuis le 30 avril 2011, interdit d’accès aux locaux de la station radio privée Ouga FM, ou il travaille.

Le Jah est le présentateur d’un programme musical reggae très bien accueilli par les jeunes burkinabè. Il se sert de ce programme pour traiter des questions politiques du pays.

Le correspondant de la Fondation pour les Media de l’Afrique de l’Ouest (MFWA) a cité un communiqué qui interdit l’animateur d’avoir accès à la radio et au matériel de la station.

Bien qu’aucune raison n’ait été évoquée pour cette action par le promoteur de la station, M. Bakry Joachim, la suspension de Le Jah coïncide avec sa participation dans une assemblée organisée par des partis de l’opposition le même jour. Cette assemblée a demandé la démission du Président Campaoré qui dirige le pays depuis 1987.

Selon le correspondant, Bakry était mécontent de la présence de l’animateur à cette assemblée.

Cependant, le Directeur de ladite radio, Yehoun Zakaria, a affirmé que Le Jah n’a pas été licencié. Il assure qu’il sera bientôt rétablit dans ses fonctions.

En 2007, Le Jah a été menacé de mort avant que sa voiture ne soit brulée par des pyromanes non identifiés.

Selon le correspondant, Le Jah est sur le point d’intenter un procès contre son patron.

Pour tout renseignement complémentaire : Fondation pour les Médias en Afrique de l’Ouest PO Box LG 730 30 Duade Street, Kokomlemle Legon, Accra Ghana alerts (@) mediafound.org tél : +233 302 242470 téléc : +233 302 221084 http://www.mediafound.org


Radio host suspended for attending opposition meeting SOURCE : Media Foundation for West Africa

(MFWA/IFEX) - On 30 April 2011, a popular Burkinabé musician and radio presenter, Sam K. Le Jah (Sama Karim), who was attacked four years ago for his criticism of President Blaise Compaoré, was barred from entering the premises of Ouga FM, a privately-owned radio station where he works.

Le Jah hosts a reggae music programme which is very popular among youth and uses the programme to talk about political issues in the country.

The Media Foundation for West Africa’s (MFWA) correspondent cited a memo which ordered him not to set foot on the station’s premises or access the station’s equipment.

Although the memo, signed by Bakry Joachim, the owner of the station, did not assign any reason for the suspension of Le Jah, it coincided with a recent meeting the radio host attended the same day. The meeting was organised by an opposition political party demanding the resignation of President Compaoré, who has been the president of the country since 1987. The correspondent said Bakry was not pleased with Le Jah’s presence at the meeting.

However, Yehoun Zakaria, the director of Ouga FM, has denied that Le Jah has been dismissed. He said he would soon be reinstated.

In 2007, Le Jah became a thorn in the flesh of President Compaoré after launching an album titled "Thomas Sankara", named after a former military leader who was assassinated in a bloody coup d’état led by President Compaoré on 15 October 1987.

In 2007, he received death threats before his car was burned by unknown arsonists.

Le Jah is now launching a lawsuit against his employer.

For more information : Media Foundation for West Africa PO Box LG 730 30 Duade Street, Kokomlemle Legon, Accra Ghana alerts (@) mediafound.org Phone : +233 302 242470 Fax : +233 302 221084 http://www.mediafound.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes