lundi, 22 juillet 2019
 

Burkina Faso : « Blaise connaît tous les trafiquants, ceux dans le Nord du Mali et ailleurs »

Brigitte Albert-Javaudin a installé une maison d’hôtes à Ségou quand tout a basculé au Nord du Mali. Consciente que les touristes ne reviendraient pas avant longtemps, elle a décidé de recommencer au Burkina où elle a vécu dans les années 98. Depuis, elle est retournée trois fois à Grenoble, sa ville française d’origine, où sa galerie d’art africain n’est pas encore fermée. Elle espère revivre bientôt au Mali puisqu’elle a aussi la nationalité malienne. Quant à Alhassane Touré, il est originaire de Tombouctou. Il a étudié le droit des affaires et les relations internationales au Mali et en Angleterre. Depuis un an, il vit à Ouaga où il a créé une société qui œuvre dans le domaine de l’environnement. Face à la situation au Burkina Faso, Françoise Wasservogel a échangé avec les deux, sur la crise née de la réforme constitutionnelle, le départ de Blaise et l’avenir du Faso.

Quelle a été l’évolution de l’état d’esprit des Burkinabè au cours des événements de la semaine dernière ?

Alhassane : Quand Blaise a annoncé que l’article 37 allait être révisé, les Burkinabè se sont sentis trahis. Ce qu’il faut d’abord expliquer, c’est qu’ici, il y a ceux qui profitaient du système politique et économique de Blaise. Ceux-là craignaient qu’un mouvement populaire ne vienne gâcher leurs acquis. D’ailleurs, les biens qui ont été saccagés au cours des derniers événements appartenaient à ceux qui faisaient partie de ce système, ceux qui roulaient pour le clan de Blaise, de près ou de loin. Les autres, les plus modestes bien sûr, mais aussi ceux qui voulaient voir la situation politique générale changer, ne refusaient pas seulement la révision de l’article 37, c’était Blaise lui-même qu’ils remettaient en cause. C’est ce qu’il n’a pas compris. Il a dû se dire qu’il maîtriserait la situation, comme il l’avait toujours fait.

Brigitte : La grande marche du mardi 28 octobre s’était très bien déroulée. Les manifestants voulaient parler avec les députés, les convaincre. Ils voulaient les empêcher d’entrer à l’AN le jeudi 30. Ce qui a mis le feu aux poudres c’est quand, le mercredi 29 au soir, les députés ont accepté de passer la nuit à l’Hôtel Azalaï qui dispose d’un passage direct vers l’Assemblée nationale. Le peuple s’est senti méprisé. À Kosyam, Blaise vivait dans son monde, loin des préoccupations du peuple. Il ne s’est pas rendu compte que la sécurité et son armée n’étaient plus de son côté. Il n’a pas mesuré l’importance du moment.

Le jeudi, les choses se sont accélérées, n’est-ce pas ?

Alhassane : Ce qui était surprenant, c’est qu’il y avait assez peu de forces de l’ordre autour de l’AN, alors que des milliers de gens étaient sur le qui-vive.

Brigitte : Ce qui m’a étonnée, c’est que les policiers et CRS présents ce jour-là étaient plutôt souriants et conciliants, contrairement à leur habitude. Quand les manifestants se sont avancés vers l’AN, ils les ont laissés passer. Les destructions et pillages ont commencé !

Le jeudi soir, la colère populaire s’est amplifiée après la déclaration de Traoré, le chef d’état-major des armées, suivie de celle de Blaise qui assurait qu’il transmettrait le pouvoir au président démocratiquement élu en 2015 ?

Brigitte : Oui, les gens se sont rendu compte qu’ils avaient bien obtenu la suppression de la révision de l’article 37, mais que Blaise était toujours là. Ces déclarations ont soufflé sur la colère populaire, malgré le couvre-feu imposé. Il faut rappeler ce qu’est la famille Compaoré. Chantal, la femme de Blaise, François, le frère cadet, Alizéta Ouédraogo, celle qu’ici, on appelle « la belle-mère », la mère de l’épouse de François, ces gens possèdent tout Ouaga, directement ou indirectement. On peut même dire qu’ils contrôlent tout le Burkina économique et immobilier. C’est ce qui explique le nombre de biens qui ont été mis à sac. C’était les symboles du système Blaise. Vous savez, François est encore plus détesté que Blaise. Les Burkinabè n’ont jamais eu l’intention de lyncher le Président, ce n’était pas leur objectif. Ils voulaient qu’il quitte le pouvoir, c’est tout. C’est un peuple pacifique, ils ne voulaient pas mettre le feu à leur pays.

Ce soir, à l’heure où nous nous parlons, Blaise a démissionné. Les militaires, Traoré et Zidda, ont annoncé, chacun de son côté, qu’il devenait le chef du Faso. Faut-il comprendre que le soulèvement populaire a été confisqué par l’armée ?

Brigitte : Tout peut encore changer. Le peuple burkinabè n’a pas dit son dernier mot. Qui sait où nous en serons quand votre journal sortira en kiosque !

Quel rôle l’opposition va-t-elle jouer à partir de maintenant ?

Alhassane : Aujourd’hui, on constate que l’opposition n’a pas assez communiqué sur ses intentions. Mais n’oublions pas que c’est une partie de la société civile, dont le « Balai citoyen », qui a mobilisé les populations, pas l’opposition.

Brigitte : Je ne sais pas si l’opposition peine à s’accorder, ou si elle préfère se réserver pour s’imposer au moment des élections, après la transition. Eux seuls le savent.

La communauté internationale occidentale ne va pas manquer d’imposer des exigences. La tenue rapide d’élections, par exemple, comme au Mali. Le Burkina va-t-il pouvoir résister ?

Alhassane : Le Faso est membre de l’ONU depuis 1960. En sortir serait se marginaliser. Les partenaires économiques sont justement cette communauté internationale. Comment y résister ? En étant vigilant, en ne cédant pas trop.

Revenons sur les dernières années de Blaise.

Brigitte : En 2011, il a jugulé la mutinerie militaire en augmentant les soldes. Il pensait avoir ainsi remis l’armée dans sa poche. Personne n’ignore le rôle indirect de Blaise dans les guerres au Libéria, en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire, ou vis-à-vis du Guinéen Dadis Camara. Il faut ajouter les « accidents » ou « disparitions » dont certains opposants ont été victimes au Burkina. Tout le monde le sait ici. Il n’y a que ceux qui visitaient le pays pour parler de démocratie au Faso.

Sachant que Blaise n’est pas un modèle de vertu, comment peut-on expliquer que les communautés internationales, l’occidentale et la continentale, l’aient choisi pour héberger les négociations des accords de paix pour la Côte d’Ivoire, en mars 2007, et celles des accords préliminaires pour la paix au Mali, en juin 2013 ?

Brigitte : D’une part, le Burkina est le carrefour de l’Afrique, et frontalier de 8 pays. C’est pratique de s’y retrouver. D’autre part, le Faso était considéré comme stable, donc les communautés internationales ne craignaient pas pour leur sécurité. N’oublions pas qu’ici, il y a une base de 500 militaires français depuis un certain temps. Donc, la potentielle influence de la France n’est pas à écarter, mais Blaise a certainement pu s’imposer dans la sous-région, car il connaissait les secrets de tous ses homologues.

Quant à sa position de médiateur dans la crise malienne, je me demande si, en fait, il n’a pas été le seul à bien vouloir assumer ce rôle. Il y a peut-être aussi l’autre facette de Blaise qu’on évoque peu à l’extérieur. Il connaît tous les trafiquants, ceux dans le Nord du Mali et ailleurs. Depuis toujours. Relations de travail ? Amitiés ? Qui sait ? Ces trafics ne pouvaient pas se faire sans passer par le Faso, d’une manière ou d’une autre. Ce n’est un mystère pour personne ici. Que ce soit les armes, la drogue, tout !

Les Burkinabè ne se sont jamais sentis menacés par l’insécurité qui prévaut au Mali depuis 2012. Ils n’ont pas été étonnés que Blaise en devienne le médiateur. Cela nous amène à la présence du MNLA au Burkina, du moins jusqu’à la démission de Blaise. Comment les populations ont-elles réagi à leur présence ?

Brigitte : Les Burkinabè, dans l’ensemble, n’y ont jamais prêté attention. Vous parlez du MNLA, mais, à l’Hôtel Laïco de Ouaga, il y avait aussi le MUJAO, certains des leaders que les médias montraient. C’est un peu comme si Blaise s’était entendu avec eux. « On se connaît bien, je vous héberge, vous ne touchez pas à mon pays ». Mais bon, ça non plus, personne ne l’ignorait. Personne ne s’en offusquait. Ni le Mali, ni l’armée française, ni les communautés internationales.

Personne ! Maintenant qu’il a démissionné, je crains que Blaise ne se serve de ces groupes pour faire levier. Il suffirait qu’il passe quelques coups de fil dans le Nord ! Et là, ça pourrait plonger le Burkina dans la même insécurité que le septentrion malien.

Blaise était le bon élève du FMI et de la Banque mondiale. C’est pour ça que la qualité des services publics est catastrophique au Faso. Que devra faire la nouvelle équipe dirigeante pour calmer les esprits d’un point de vue socio-économique ?

Brigitte : Il faudra faire des choses visibles, et vite. Les priorités sont la santé, les routes et l’école. Créer des centres médicaux. Refaire les routes, les rues. Mais, c’est l’enseignement gratuit pour tous qui, à terme, changera la donne. Il n’y a que 36% des petits Burkinabè qui vont à l’école. Blaise avait parfaitement compris que c’était le meilleur moyen pour être libre de faire ce qu’il voulait. Si on forme les jeunes, si on leur fait confiance, le Faso se transformera vite. Ils représentent un tel potentiel !

Au lendemain du départ de Blaise, vous êtes optimiste ou pessimiste ?

Brigitte : Optimiste si le Faso investit dans les services publics et la jeunesse. Pessimiste à cause de ces terroristes qui pourraient ne faire qu’une bouchée du Burkina.

Alhassane : Si Blaise reste en contact avec sa famille politique et économique, je suis pessimiste. S’il tourne sincèrement et définitivement la page, les ressources humaines sont tellement fortes que je ne me fais aucun souci pour l’avenir du Faso. Le percussionniste burkinabè Dédou Domboué nous a rejoints en fin d’entretien. Il s’est dit satisfait du départ de Blaise, mais il a exprimé sa vive inquiétude après les différentes déclarations de militaires qui ne laissent rien présager de bon pour la démocratie.

Propos recueillis Par Françoise WASSERVOGEL

Source : Reporter

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes