vendredi, 20 octobre 2017
 

Burkina Faso : Enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara

Vingt cinq ans après l’assassinat du président burkinabè Thomas Sankara, les députés du Front de Gauche, soutenus par les députés d’Europe Ecologie Les Verts, viennent de déposer une nouvelle demande d’enquête parlementaire, pour répondre aux questions suivantes : « pourquoi Thomas Sankara a-t-il été assassiné ? Comment cet assassinat a-t-il été rendu possible ? Quels rôles ont joué les services français et les dirigeants français de l’époque ? La DGSE savait-elle ce qui se tramait et a-t-elle laissé faire ? ».

Une première demande avait déjà été déposée en juillet 2011, sans avoir été traitée. Elle faisait suite à une lettre de douze député-e-s du Burkina Faso demandant à leurs homologues français de demander l’ouverture d’une enquête parlementaire sur ce crime qui n’a encore jamais été instruit en justice.

Les parlementaires André Chassaigne, (député PC du Puy de Dome) et Noël Mamère (député de Gironde) ont donc convié à une conférence de presse pour relayer cette demande, soutenue par la veuve de Thomas Sankara. Depuis octobre 1997, des procédures judiciaires ont été lancées au Burkina Faso pour que soit élucidé l’assassinat de Thomas Sankara, sans qu’aucune n’aboutisse. Le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU a été saisi, pour finalement se satisfaire de mesures dilatoires qui n’ont pas fait avancer la vérité. Depuis de nombreuses années, des documentaires, des émissions radio, des articles de presse et des témoignages évoquent la responsabilité de la France dans cet assassinat.

En décembre 2010, un collectif d’associations a lancé une nouvelle campagne intitulée « Justice pour Thomas Sankara, Justice pour l’Afrique » pour réclamer l’ouverture des archives de plusieurs pays, dont la France demander vérité et justice sur cet assassinat. Cet appel a été signé par près de 12000 personnes et a déjà reçu le soutien de nombreuses personnalités, de partis et d’associations de différents pays.

Cette conférence de presse permettra de faire le point sur ce que l’on sait sur l’assassinat de Thomas Sankara, les derniers développements judiciaires au Burkina Faso et la développement de la campagne. Des personnalités africaines seront présentes pour témoigner de l’exigence qui grandit sur le continent pour que la France ouvre ses archives pour permettre que la vérité puisse émerger et qu’elle accepte l’ouverture de cette enquête parlementaire.

Invitation à la conférence de presse

Relayant la demande de député-e-s de création d’une commission d’enquête relative à la recherche de la vérité dans l’assassinat de Thomas Sankara Le Mercredi 13 février à 9h 126, rue de l’Université - 75007 Paris

Intervenant-e-s :

- André Chassaigne, député PCF Front de Gauche, chef du groupe parlementaire GDR
- Noël Mamère, député Europe Écologie les Verts,
- Maitre Bénéwendé Sankara, député du parlement burkinabé avocat de la famille Sankara au Burkina Faso
- Balufu Bakupa Kanyinda, cinéaste
- David Gakunzi, écrivain, Président de l’IREA-Maison de l’Afrique à Paris
- Elisée Coulibaly, historien
- Danyel Dubreuil, de l’association SURVIE
- Didier Awadi, musicien (a confirmer)

Contact presse :

Danyel Dubreuil

mailto:danyel.dubreuil@survie.org

01 44 61 03 25

Les journalistes accrédités entreront par le 33, quai d’Orsay

Les personnes non accréditées devront obligatoirement s’inscrire (dans la limite des places disponibles) à l’adresse danyel.dubreuil@survie.org et se munir d’une pièce d’identité

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes