mardi, 21 novembre 2017
 

Burkina Faso : Les travailleurs mobilisés à Bobo-Dioulasso

Les 48 heures de grève décrétée par l’Unité d’Action Syndicale (UAS) a eu de l’écho à Bobo-Dioulasso.

Les populations ont répondu massivement à l’appel de l’Unité d’Action Syndicale de la ville de Bobo-Dioulasso, qui s’inscrit dans le cadre des 48 heures décrétées à compter du mardi 17 février 2015.

Selon le Secrétaire Général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGTB) et coordonnateur de l’Unité d’Action syndicale des Hauts-Bassins, Bakary Millogo, cette grève est une occasion pour les syndicats d’expliquer les raisons de cet arrêt de travail aux travailleurs.

« La baisse des prix du carburant d’au moins 150 F CFA et la disponibilité du gaz butane sur l’ensemble du pays, la révision de la loi portant régime juridique applicable aux employés et aux agents de la fonction publique », sont, entre autres, les revendications portées par les syndicats, a dit Bakary Millogo.

L’engagement de poursuites judiciaires contre les auteurs de crimes de sang et économiques avant et pendant l’insurrection populaire, une juste solution au problème des travailleurs ayant perdu leurs emplois suite à la destruction des entreprises pendant l’insurrection et le respect de la liberté syndicale au Burkina ont également été au cœur des échanges entre les grévistes.

En rappel, les syndicats affirment qu’à l’issue de cette grève, si des réponses satisfaisantes ne sont pas données aux préoccupations, d’autres actions seront engagées.

Source : Burkina 24

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes