jeudi, 23 novembre 2017
 

Douze députés Burkinabè demandent aux parlementaires français une commission d’enquête parlementaire pour élucider l’assassinat de Thomas Sankara.

Depuis octobre 2007, soit depuis plus de 13 ans, des procédures judiciaires ont été lancées au Burkina Faso pour que soit élucidé l’assassinat de Thomas Sankara à travers le comité International Justice pour Thomas Sankara. Devant les tergiversations de la justice burkinabé, une procédure avait été lancée auprès du comité des droits de l’homme de l’ONU. En avril 2006, le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU, saisi par le Collectif Juridique de la Campagne internationale Justice pour Thomas Sankara (CIJS) au nom de la famille, donnait raison aux plaignants et, demandait à l’Etat burkinabé d’élucider l’assassinat de Thomas Sankara, de fournir à la famille les moyens d’une justice impartiale, de rectifier son certificat de décès, de prouver le lieu de son enterrement, de compenser la famille pour le traumatisme subi, et de divulguer publiquement la décision du comité.

Le 21 avril 2008, le comité des droits de l’homme de l’ONU, en contradiction totale avec la décision précédente a clos le dossier sans qu’une enquête n’ait été diligentée.

Une nouvelle procédure a été lancée en octobre 2009 pour demander le relevé des empreintes génétiques du corps présumé de la tombe présumée de Thomas Sankara. L’Etat en a rejeté la demande.

Parallèlement à ces procédures lancées devant la justice burkinabé, des documentaires, des articles de presse et des témoignages évoquent la responsabilité de la France dans cet assassinat.

En décembre un collectif d’associations lance une nouvelle campagne intitulé « Justice pour Thomas Sankara Justice pour l’Afrique » appuyée par un appel (voir à l’adresse http://www.thomassankara.net/spip.p...) qui réclame notamment l’ouverture des archives de plusieurs pays dont la France. Cet appel a été signé par 6600 personnes et a déjà reçu le soutien de nombreuses personnalités, associations en provenance de différents pays. On note en France la signature des partis NPA, Les Verts Europe Ecologie, PCF et Parti de Gauche aux côtés de très nombreuses associations et personnalités.

La lettre, datée du 26 avril 2011, demande l’ouverture une enquête parlementaire. Elle est déjà parvenue aux présidents du Sénat, de l’Assemblée Nationale et des différents groupes parlementaires. Les initiateurs de la pétition ont entamé des démarches avec certains parlementaires français afin que soit maintenant demandée officiellement l’ouverture d’une information parlementaire, la première étape vers une éventuelle commission d’enquête parlementaire.

La lettre est disponible à l’adresse http://www.thomassankara.net/spip.p...

La rédaction du site thomassankara.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes