lundi, 11 décembre 2017
 

Le boom minier au Burkina Faso

Témoignages de victimes de l’exploitation minière

Le Burkina Faso, qui n’est pas un pays de tradition minière, connaît depuis quelques années un boom minier, aurifère principalement. Si ce boom minier est censé contribuer au développement d’un des pays les plus pauvres du monde - classé 181e sur 187 pays selon l’IDH (2013) - force est de constater que la grande majorité ne voit pas ses retombées. Pis, les populations environnant les sites miniers industriels sont en réalité devenues plus pauvres qu’avant l’arrivée des sociétés transnationales. Cette note, débutant par un contextualisation de l’émergence de l’industrie minière dans le pays, se veut avant tout un recueil de témoignages des victimes de l’exploitation minière dans ce pays.

L’or est une ressource non renouvelable et les conséquences économiques, sociales, environnementales, culturelles de cette exploitation auront des effets sur le (très) long terme. La situation des personnes directement impactées par cette industrie - témoignage de la dynamique actuelle d’accumulation du capitalisme - semble tellement ignorée au-delà du pays qu’il est nécessaire de les entendre.

Lila Chouli est chercheuse et travaille depuis quelques années sur le mouvement social au Burkina Faso.

Elle a également publié Burkina Faso 2011. Chronique d’un mouvement social, Tahin Party, Lyon. ISBN 978-2-916374-83-3, Août 2014, 155 pages, 5 €

A Commander à : http://www.gabrielperi.fr/le-boom-m...

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes