samedi, 20 octobre 2018
 

APPEL DE L’UPC AU PEUPLE FRANÇAIS POUR SOUTENIR LE PEUPLE DE CÔTE D’IVOIRE

Chers Amis Français,

« Un peuple qui en opprime un autre, ne saurait être un peuple libre ! »

Cette réflexion, attribuée à un Français à l’identité inconnue, nous semble pleine de sagesse.

Vos Gouvernements successifs, ont, avec les peuples africains, un lourd contentieux. Comme ces Gouvernements agissent en votre nom, vous portez, au moins en partie avec eux, la responsabilité de ce contentieux.

Chers Amis Français,

L’Union des Populations du Cameroun (UPC) est l’un des plus vieux partis politiques du continent africain. Selon CHEIK ANTA DIOP, l’UPC a été le premier parti politique à poser, en 1952, le problème de l’indépendance des pays africains. La classe politique française connaît bien l’UPC.

Dans le passé, l’UPC a écrit au Président Jacques CHIRAC pour lui demander de favoriser le retour de la paix en Côte d’Ivoire et surtout de veiller à la vie de Laurent GBAGBO et à celle de ses camarades de lutte. Notre courrier est resté sans écho.

Depuis le 28 Novembre 2010, des bruits de bottes continuent de se faire entendre avec insistance à ABIDJAN et au-delà.

Chers Amis Français,

Nous savons que vous savez maintenant que c’est Laurent GBAGBO qui a été élu Président de la République de Côte d’Ivoire, le 28 Novembre 2010.

Le tintamarre orchestré par le Président SARKOZY, pour faire admettre son ami personnel Monsieur Alassane Dramane OUATTARA comme le Président élu, est une gigantesque pantalonnade qui, malheureusement fait couler beaucoup de sang du peuple ivoirien.

C’est cela l’objet de notre Appel.

La tragédie que vit le peuple ivoirien depuis 1993, a été provoquée, organisée et entretenue par vos différents Gouvernements. Nous savons, vous et nous, que la recherche et le respect de la Démocratie pour le peuple de Côte d’Ivoire, ne font pas partie des préoccupations de vos gouvernants. La réalité est ailleurs. Il s’agit du problème des intérêts français en Côte d’Ivoire. Certes, la France n’a pas de pétrole. Mais tout de même, il existe d’autres moyens humainement acceptables pour s’en procurer.

Chers Amis Français,

Votre Président, Monsieur SARKOZY, en suscitant la guerre civile en Côte d’Ivoire, prétend à tort selon nous, qu’il défend vos intérêts. Alors, c’est au peuple français de dire à son Président : STOP ! C’est au peuple de France, de crier à Monsieur SARKOZY : Bas les pattes devant le peuple de Côte d’Ivoire et Laurent GBAGBO, son Président élu.

Chers amis français,

L’opération OUATTARA est une forfaiture. Les héritiers de 1789 ne peuvent la soutenir. De mémoire de démocrate, on n’a jamais vu un candidat à l’élection présidentielle, sans être le Président sortant, avoir à sa disposition une force armée (Rebelles, Licorne, ONUCI) au soir de l’élection !

L’amitié librement consentie, vaut mieux que la précarité de toutes les formes de domination. Déjà Ruben UM NYOBE, Secrétaire Général de l’UPC, en son temps, écrivait :

« … Nous pensons quant à nous que l’intérêt de la France n’est pas dans une politique de domination arbitraire, d’escroquerie politique et de répression armée, même si tout cela se fait avec l’accord de certains de nos compatriotes…  »

La lutte du peuple de Côte d’Ivoire, sous la direction de son Président élu, Monsieur Laurent GBAGBO, est une lutte juste.

L’UPC appelle le peuple français à soutenir le juste combat du peuple ivoirien pour sa SOUVERAINETE.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes