samedi, 24 juin 2017
 

Grève à l’usine de tôles TAFAGUI : les travailleurs réclament des meilleures conditions de vie

De nombreux employés de l’entreprise TAFAGUI (Taher Fabrique Guinée) ont paralysé les activités de cette usine de tôles. S’étant fait remplacer à leurs postes par des jeunes de la SIG, ces employés en grève ont empêché les jeunes de travailler aujourd’hui, sise à la SIG au quartier Madina, ce lundi 09 mai 2016, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Sur place, le reporter de Guineematin.com a rencontré des grévistes très remontés contre leur employeur, qui « ne veut pas augmenter » leurs salaires, malgré quatre longs mois de négociations. C’est en tout cas la version donnée par Ansoumane Damaro Camara, chef de la section syndicale des travailleurs de TAFAGUI. « Ce matin, nous avons décidé de faire cesser le travail ici. Il y a au moins quatre (4) mois que nous avons demandé une augmentation de salaire à la direction. Les négociations ont trainé et jusqu’au vendredi dernier (Ndlr, 6 mai) on ne s’est pas entendu. La direction a même fait une lettre où elle a menacé de licencier les meneurs du mouvement. C’est ainsi que nous avons alerté l’inspection du travail. Nous demandons une amélioration de nos conditions de vie. La direction n’a rien dit et sur les 10 points de revendication, ils ont dit que certains ne sont pas négociables. Il y a des gens qui ont fait 15 ans, 17 ans, voire 19 ans de service ici, mais ils n’ont toujours rien », explique Ansoumane Damaro Camara.

Par ailleurs, il accuse la direction d’avoir trouvé d’autres jeunes de la SIG pour venir les remplacer, alors qu’il y a un contrat qui les lie à TAFAGUI. « Le patron nous a laissé dans cette situation pour aller prendre d’autres travailleurs afin que ceux-ci nous remplacent. C’est ce qu’on n’a pas accepté. On a dit que personne ne va travailler ici sauf nous. Ceux qu’ils ont envoyés-là ont compris et ils sont sortis. Alors, la direction a appelé la police que vous voyez ici. Mais, il n’y a pas eu de violence », a précisé Damaro Camaro.

Alertée, l’inspection du travail est venue à la rescousse pour trouver un terrain d’entente. Au terme de discussions marathons, les deux parties ont décidé de continuer de négocier à l’inspection du travail pour la journée de demain, mardi 10 mai 2016. Selon monsieur Karamo Keita, directeur des ressources humaines à TAFAGUI, « les grévistes ont décidé de suspendre leur mouvement et de reprendre le travail dès demain, mardi. Les négociations vont continuer », a-t-il dit.

Joint au téléphone, après notre départ des lieux, Ansoumane Damaro Camara confirme la reprise du travail, mais n’exclut pas l’arrêt des activités jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

Source : Guinée Matin

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes