vendredi, 25 mai 2018
 

Guinée : Trois journalistes suspendus pour avoir été solidaires à la cause d’un parti de l’opposition

(MFWA/IFEX) - Trois journalistes et animateurs de l’établissement d’état Radio Télévision de Guinée (RTG) ont été suspendus de leurs fonctions pour une durée indéterminée par la Direction de l’organe, le 10 mai 2011, parce qu’ils seraient bien disposé envers des Forces Démocratique de la Guinée (UFDG), le parti principal de l’opposition.

Les journalistes en question sont Ibrahima Ahmed Barry, Louise Sanoussi et Ciré Dieng.

Le correspondant de la Media Foundation for West Africa (MFWA) rapporte que ces trois journalistes ont été informés verbalement de leur suspension par le Secrétaire-Général de la RTG qui intimait qu’il agissait sur les ordres d’un cadre supérieur non-identifié du ministère de l’information.

"Le Secrétaire-Général nous a communiqué oralement notre suspension. Nous voulions savoir ce que nous avions fait pour mériter cette suspension ; il a répondu qu’il ne savait pas et qu’il obéissait aux ordres des autorités plus haut placées. Nous ignorons tout ce dont on nous accuse. Ni le ministre ni les cadres supérieurs du ministère ne nous ont dit quoi que ce soit", a dit Dieng au nom des journalistes suspendus.

Cependant, des sources proches au Ministère ont affirmé à la MFWA que les autorités soupçonnent que ces journalistes et animateurs expérimentés, très respectés pour leur assiduité ainsi que la qualité de leurs services, sont solidaires de la cause de Cellou Diallo, le leader de l’UFDG.

"C’est le Président Alpha Condé qui disait qu’il ne voulait pas voir le visage de ces journalistes à la télévision nationale", d’après nos sources.

MFWA est attristée que cette suspension arbitraire puisse miner l’avancement de la démocratie en Guinée. Depuis l’indépendance du pays en 1958, les journalistes des médias de l’état en Guinée ont fonctionné sous la direction d’un gouvernement d’un parti unique ou les juntes militaires qui l’ont succédé. Nous espérions qu’avec l’avènement d’un nouveau régime de gouvernance démocratique, de telles actions arbitraires seraient du passé.

La MFWA demande à l’instance de régulation des media, le Conseil National de Communication (CNC), dirigé avec compétence par Madame Martine Condé, de veiller à ce que la suspension arbitraire des journalistes soit résiliée immédiatement. Il incombe au CNC d’assurer que la RTG devienne un service public audiovisuel libre et indépendant dirigé par un conseil d’administration indépendant dénoué de toute ingérence politique et économique.

Nous prions également le gouvernement de M. Alpha Condé de respecter l’indépendance de la RTG.

La MFWA est convaincue que ce soit le seul moyen de garantir les conditions propices pour le foisonnement de la véritable démocratie en Guinée.

Pour tout renseignement complémentaire : Fondation pour les Médias en Afrique de l’Ouest PO Box LG 730 30 Duade Street, Kokomlemle Legon, Accra Ghana alerts (@) mediafound.org tél : +233 302 242470 téléc : +233 302 221084 http://www.mediafound.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes