samedi, 25 novembre 2017
 

Comité central du parti SADI à Sikasso : Pour rendre hommage aux résistants et aux pères de l’Indépendance du Mali

Du 18 au 19 mai 2013, plus de 500 responsables du parti SADI, venus de toutes les régions du Mali, se sont rencontrés à Sikasso, la capitale du Kénédougou, pour participer aux travaux du 5ème Comité central de leur parti. La situation du pays, le cas de Kidal et les élections présidentielles de juillet 2013, sont autant de sujets qui ont été abordés au cours de cette rencontre. Mais, ce fut aussi l’occasion aux responsables du partis SADI de rendre hommage aux grands résistants à la pénétration coloniale, à travers Babemba Traoré et aux pères de l’Indépendance du Mali, notamment feu Modibo Keita et feu Jean Marie Koné.

La salle Lamissa Bengaly de Sikasso, pendant deux jours a vibré au rythme du parti SADI et de ses militants. Pour son 5ème Comité central du parti SADI, le parti de Cheick Oumar Sissoko, a fait l’appel de ses troupes dans toutes les régions maliennes. En plus, six partis amis du parti SADI, ont pris une part active à cette session. Ce sont : la CODEM, YELEMA, le RPM, l’UM-RDA, FARE et le MPR.

En l’absence de Cheick Oumar Sissoko, actuellement en France pour participer au Festival de Cannes, en sa qualité de secrétaire général de la Fédération panafricaine des cinéastes, Dr Oumar Mariko, secrétaire général du parti SADI, a présidé le 18 mai 2013, les travaux du 5èmeComité central . D’entrée de jeu, Dr Oumar Mariko a donné le ton, en demandant une minute de silence pour tous ceux qui sont morts pour la lutte de l’indépendance et de la dignité du malien et de l’africain. Selon lui, le choix de Sikasso pour abriter cet 5èmeComité central du parti SADI, n’est pas fortuit. Il a rappelé les hauts faits de Babemba Traoré face à la pénétration coloniale. « Tant qu’il y a un seul homme vivant dans le kénédougou, aucun étranger ne mettra les pieds à Sikasso », avait dit Babemba, selon Dr Oumar Mariko. Mais, face à la chute de la ville de Sikasso, Babemba, conforment à principe, mieux vaut la mort que la honte, s’est donné la mort. Avant d’ajouter que c’est à partir de Sikasso que Modibo Keita, et Jean Marie Koné, ont structuré la lutte de l’indépendance de notre pays. « Nous sommes venus rendre hommage à cet engagement pour l’indépendance et la dignité du Mali et recevoir la bénédiction de tous les ancêtres qui ont résisté à la pénétration coloniale, et surtout pour renforcer et dynamiser les structures de notre parti dans la région de Sikasso »,a-t-il déclaré. Dr Oumar Mariko a ensuite rappelé toutes les actions menées par le parti SADI, avant le déclenchement de la crise du nord et le coup d’Etat du 22 mars 2012. Après avoir dépeint la situation politique du pays, Dr Oumar Mariko a invité les responsables du parti SADI à adopter des résolutions pertinentes à l’issu de ce 5ème Comité central, pour mobiliser le maximum de maliens sur la question de la dignité de l’homme malien et de l’indépendance du Mali. Tout juste, après l’intervention de Dr Oumar Mariko, la Troupe artistique Djiguiya de Sikasso, dans sketch intitulé « nimissabougou »,a fait une véritable satire des élections aux Mali. Dans un village dénommé« nimissabougou », des partis au nom bizarre comme « Dagaditon »,« Soukaroditon », « Tassaditon » et « Bassafagaton », se sont affrontés dans une élection épique qui a vu la victoire du candidat de « Bassafagaton » au détriment du candidat honnête et digne. Cette satire qui nous plonge dans la pratique politique du Mali, introduit les interventions des partis amis. Amadou Niaré, secrétaire général du parti YELEMA à Sikasso, a salué l’initiative de délocalisation de son 5ème Comité central à Sikasso. Yaya Sangaré du RPM, a exprimé des inquiétudes par rapport au cas de Kidal. Seydou Ouattara de l’UM-RDA, a souhaité une alliance constructive avec le parti SADI dans la région de Sikasso. Aboubacar Adama Sanogo de la CODEM, a regretté le fait que tous les partis politiques parlent d’union au Mali, mais aucun parti ne pose des actes concrets. Mieux, il a estimé que si les partis politiques au Mali étaient crées pour servir le peuple, ce qui est arrivé, ne devait pas arriver. Cheick Sangaré du parti FARE, a salué et félicité Dr Oumar Mariko pour son engagement pour le Mali et son peuple. Abdoulaye Sanogo du MPR, n’est pas passé par quatre chemins pour dire que tout le monde au Mali, sait ce que la parti SADI fait au Mali. « SADI n’est pas comme les autres partis du Mali. Il dit tout haut et tout fort ce que les autres partis ont peur de dire », a-t-il indiqué. Pour cela, il s’est engagé à partager tous les combats du parti SADI. Au cours de ce 5ème Comité central les responsables de SADI venus de toutes les régions du Mali, ont été édifiés sur plusieurs thèmes.

Samba Tembely est intervenu sur les enjeux des élections présidentielles au Mali. Professeur Rokia Sanogo a pris en charge le thème sur les enjeux des élections au Mali : les perspectives d’alliance et unification des forces du changement. Nouhoum Keita est intervenu sur le thème de la guerre au Mali, la crise de l’Etat, la crise identitaire et la menace sur l’unité nationale : enjeux nationaux, geopolitiques et géostratégiques. Dr Oumar Mariko est intervenu sur le thème : « Le parti SADI : structuration, programme politique, fonctionnement ». En attendant les résolutions du 5èmeComité central du parti SADI, les délégués ont fait des contributions pertinentes dans le sens de renforce les actions du parti.

Assane Koné

Source : http://maliactu.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes