mercredi, 22 novembre 2017
 

Guerre du Mali, mensonge, corruption et contagion de la guerre aux pays voisins

La guerre au Mali aura déjà coûté à la fin mars 2013 autour de 200 millions d’euros aux contribuables français. Une heure de vol d’un Rafale coûte environ 11000 €, soit l’équivalent de 10 mois de SMIC, soit ce que coûte à l’Etat la scolarisation d’un collégien pendant 1 an.

Et combien de morts, d’exécutions sommaires, d’arrestations, d’exils forcés à cause de cette guerre coloniale dont le prétexte hypocrite était de « sauver la vie des populations » ? Rien n’est réglé au Mali bien au contraire. Cette « guerre contre le terrorisme » ne fait que s’étendre. Du Mali, elle risque de devenir une guerre de l’Afrique de l’Ouest comme le montre le double attentat qui vient de se produire au Niger (de très nombreux blessés à Sarlit, où les mines d’uranium d’Areva ont été arrêtées, et 23 morts à Agadez) On nous a menti depuis le début. L’intervention militaire au Mali pourrait devenir une action de guerre de la France dans toute l’Afrique de l’Ouest !

Cette guerre a commencé par un mensonge « jamais la France n’interviendra au Mali » et se « termine » par un nouveau mensonge : celui de la « fin de la guerre » précisément. Car la guerre va continuer et s’étendre à d’autres pays voisins du Mali avec un risque d’escalade folle dans la logique des « guerres de civilisation  » chères à Georges Bush. Pour ce faire plus d’un millier de soldats français vont s’installer au Niger où l’armée française n’avait pas encore de base militaire permanente. Par ailleurs, le gouvernement français va s’équiper de drones de combats et de surveillance qu’elle achètera aux Etats Unis et à Israël, ce qui en soi est déjà un scandale car Israël se comporte en état voyou dans les territoires occupés de Palestine et devrait en conséquence être boycotté au nom du respect du droit international.

L’Objectif de François Hollande n’est pas de protéger les populations africaines mais les intérêts des multinationales. Les mines d’Uranium touchées par les attentats du Niger sont la propriété de la Multinationale française du nucléaire Areva. Les gigantesques mines d’uranium du Niger alimentent plus d’un tiers des centrales nucléaires françaises !

Le gouvernement continue de mentir sur la « pacification du Mali » Car la situation au Mali n’est pas stabilisée. La France veut y imposer à tout prix des élections présidentielles en juillet alors que la démocratie est totalement bafouée dans ce pays sans gouvernement légitime. La liberté d’expression de la presse n’a pas été respectée. Des opposants politiques au pouvoir en place ont été menacés et l’état français a refusé de donner à ces opposants à la guerre ( notamment à la féministe Aminata Traoré) des visas d’entrée en France pour pouvoir y témoigner de la situation réelle du Mali ! De plus, des exactions graves ont été dénoncées par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme et Amnesty internationale. Des attentats meurtriers continuent de se produire dans les villes du Nord.

Ce n’est pas de rafales et de troupes de choc dont l’Afrique a besoin. Il faut au contraire en finir avec la françafrique qui maintient ces pays dans la dépendance, la corruption et la misère. Il faut en finir avec la toute puissance des multinationales françaises qui spolient l’Afrique de ses richesses et exploitent ses populations, privées de leurs droits élémentaires. Il faut en finir avec la dette et les diktats du FMI qui continuent de saigner à blanc l’Afrique. Avec toujours les mêmes conséquences : corruption et dictature au Tchad et au Burkina Faso, corruption et crise en Côte d’Ivoire, corruption au Niger, et maintenant, coup d’état en Centre Afrique. Voilà le bilan catastrophique de la politique néo coloniale de la France en Afrique.

Assez de manipulation, assez de corruption, assez de néo-colonialisme français !

Unité d’action tous ensemble pour exiger :

Troupes françaises hors du Mali et d’Afrique maintenant !

Collectif 66 contre la guerre au Mali

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes