samedi, 25 novembre 2017
 

Mali : DECLARATION DE LA SECTION FRANCE DU PARTI SADI

La section France du parti Sadi prend acte avec stupeur et tristesse du coup d’État militaire.

Depuis des années, le parti Sadi a dénoncé la situation politique économique et sociale du Mali et plus activement ces derniers mois, Sadi a interpellé et mis en garde le gouvernement et son incapacité sur la terrible situation au nord Mali qui a fait de nombreuses victimes et déshonoré notre République.

Les mutins, n’ayant rien prémédité, ont dans un sursaut patriotique et face à l’injustice les frappant qu’ils semblent avoir réagi. Ce putsch militaire fut facile grâce à ce laxisme dont a toujours fait preuve ATT face à toutes les situations et notamment celles du nord qui ont rapidement dégénéré. Alors, aujourd’hui les évènements nous forcent la main. Et face à une situation dramatique de blocage, nous n’avons pas le droit de renoncer ou de nous abstenir.

Nous devons exiger, sans délais, le retour à l’ordre constitutionnel et à la mise en place d’un programme politique répondant aux aspirations légitimes : résolution de la crise au nord, la lutte contre la corruption à tous les niveaux, l’application des lois et la justice pour tous les maliens, la défense de l’emploi, le droit à l’instruction, l’éducation et la santé pour tous les maliens.

Pour ce faire, nous avons le devoir d’accompagner le comité national de redressement de la démocratie et de la restauration de l’autorité de l’État (CNRDRE) avec l’ensemble de la classe politique et de la société civile maliennes.

Nous ne pensons pas que précipiter les élections comme d’ailleurs le souhaite la France au nom de quoi et pourquoi une telle ingérence ? soit une bonne solution. Déjà le processus électoral devant nous amener au scrutin dans un mois était décrié car particulièrement mal préparé. Et puis une élection peut -elle se tenir alors qu’une partie du pays est en guerre ? Seule une partie du Mali, le sud, pourrait voter dans ce cas. Ce n’est ni honnête, ni réaliste.

Le renversement de la dictature militaire le 26 mars 1991 avait pour ambition ne le perdons pas de vue le changement et l’assainissement des administrations civiles et militaires.

Paris le 25 MARS 2012

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes