jeudi, 23 novembre 2017
 

Mali : Dr Oumar Mariko tance IBK : « Un roi sans souci ! »

Invité du débat télévisé « Politik » sur Africable Dimanche dernier, l’honorable Oumar Mariko député élu à Kolondièba, non moins président du parti Sadi n’a pas fait cadeau au président IBK lors de ses prises de parole. Avec le journaliste Il a été question de débattre des sujets d’actualité entre autres : la révision constitutionnelle, le retour de Ras Bath, le Président IBK par lui qualifié « Roi sans souci » !

Connu pour son franc-parlé, l’honorable Oumar Mariko en abordant le sujet relatif à la révision constitutionnelle, a affirmé que son parti Sadi demande le retrait pur et simple et invite le président à écouter son peuple. « Ils vont se promener pour prendre des enfants à Ségou, les amener et les loger avant d’organiser un meeting ou une conférence de presse au cours desquels ils sont habillés aux couleurs du ‘’Oui’’ pour montrer au Roi sans souci c’est-à-dire à IBK que le Oui est soutenu. Jusqu’à ce que le jour où la situation sera irrémédiable. C’est en ce moment qu’il n’aura que ses yeux pour pleurer. Faut-il le rappeler des sueurs, larmes et sangs ont suffisamment coulé au Mali ? »

Aux dires de Mariko, « les gens ont qualifié à l’époque Alpha Oumar Konaré de roi sans souci. Mais c’est IBK, le Roi sans souci. Il doit comprendre son peuple et ne pas se laisser aller dans cette dérive actuelle en écoutant les gens qui sont entrain de lepousser en allant dans le sens d’un affrontement entre lui et son peuple et ça n’a pas de sens. A Koutiala, ils sont allés prendre 4 cars ; à Sikasso, ils ont appelé des jeunes en leur donnant du carburant, ils ont dit aux imams que les ministres vont les recevoir…

Un gaspillage inutile d’argent autour d’un show télévisuel ! Tout ça pour tromper davantage IBK. Ce n’est pas ce que font les partisans du Non ! La réalité en face veut qu’IBK retire ce projet constitutionnel, qu’il fasse comme ses prédécesseurs. Et, il a les cartes en main aujourd’hui pour que toutes ces énergies qui sont déployées contre cette révision constitutionnelle pour les utiliser pour la paix, pour des élections transparentes…

Vous avez vu par exemple, les gens n’arrivent pas à avoir les cartes NINA. ‘S’il compte sur la fraude électorale pour se réinstaller au pouvoir, je crois qu’il se trompe énormément. Il est rentré par la grande porte dans l’histoire de ce pays, il faut qu’il se batte pour sortir par la grande porte. Et dans ce sens, nous sommes prêts à l’aider et sauver le pays ».

S’agissant du retour triomphal du célèbre chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath, l’élu de Kolondièba estime que la symbolique est celle de Mars 1991. « Tout ça ce n’est pas une histoire d’un individu, mais la vérité est que le peuple malien n’est pas d’accord. C’est ce que ça traduit. Et quand ton peuple n’est pas d’accord en tant que chef, c’est une preuve d’humilité que de suivre le mouvement ».

L’émergence de Ras Bath sur la scène est-ce une faillite de la classe politique ?

« Non », estime l’orateur ! Ce n’est pas notre faillite. Si vous retirez de ce mouvement les organisations politique, il ne restera pas grande chose. Il faut que les gens soient humbles. Ce travail qui est fait pour mobiliser, c’est un travail du peuple malien et le politique n’est pas en second plan. Ce n’est pas vrai ! Quiconque le dira vous trompera. Il ne faut pas que la moutarde monte aux nez des autres parce que nous en Mars 1991 quand nous avons sorti les élèves et étudiants du Mali, si nous n’avions pas le soutien des forces politiques opposées au régime de Moussa Traoré, ça allait mal se terminer, très mal !

Si les autres partis politiques ont échoué le SADI est en forte émergence » a révélé l’honorable Oumar Mariko.

T Coulibaly

Source : La Sentinelle

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes