mercredi, 24 mai 2017
 

Mali : Grève illimitée des magistrats : Le parti Sadi apporte son soutien au SAM

Le syndicat autonome de la magistrature a accordé une audience au parti Solidarité africaine pour le développement et l’indépendance (Sadi). Pour son président, l’honorable Dr. Oumar Mariko, l’un des objectifs de cette rencontre était de venir s’enquérir davantage des causes de la grève illimitée des magistrats afin de leur apporter le soutien de son parti. C’était le lundi 18 janvier 2017 au siège du SAM à Banankabougou.

C’est à la tête d’une forte délégation que l’honorable Oumar Mariko du parti Solidarité africaine pour le développement et l’indépendance (Sadi) était venu s’enquérir des causes de la grève illimitée des magistrats. Après les présentations d’usage, Dr. Oumar Mariko a dévoilé les raisons de la visite de sa délégation. Avant de pester en ces termes : « Ce gouvernement à terre veut mettre tout le monde à terre. Le pays vit dans une situation extrêmement difficile au regard des attaques de chaque jour. La justice étant le pilier d’un pays, si elle est dans le problème, il est normal que les parlementaires viennent s’enquérir de leur situation et porter le message à haut niveau pour une solution adéquate ».

Pour sa part, le président du SAM, Cheick Mohamed Chérif Koné, magistrat à la Cour suprême, s’est insurgé contre le gouvernement qui semble accorder peu d’importance aux revendications des magistrats quand bien même la justice est l’un des piliers de la démocratie. Pour lui, ce problème n’est pas un problème d’aujourd’hui car avant d’aller en grève illimité, le SAM avait menacé le gouvernement d’une grève de sept jours ouvrables qui s’est transformée en grève illimitée maintenant. À ce stade, dira M. Koné, ce gouvernement est en train de piétiner tout le monde pour d’autres fins. Pourtant, dit-il, il n’y a que 571 magistrats pour tout le Mali. Aux dires de Cheick Mohamed Chérif Koné, les magistrats ne demandent pas un miracle au gouvernement, mais plutôt la satisfaction d’un simple droit.

En parlant de leurs conditions de vie et de travail, M. Koné a déploré le comportement inadmissible du gouvernement. « Nous nous réjouissons tout d’abord du déplacement d’un groupe parlementaire au siège de notre organe afin d’en savoir davantage sur les causes de notre grève illimitée. Nous sommes prêts à aller au bout cette fois-ci car le gouvernement semble incapable et ignorant. Dans le temps normal, avec une Assemblée responsable, elle aurait dû interpeller le gouvernement pour son inaction dans le domaine judiciaire malien. Et aujourd’hui, ce qui nous oppose au gouvernement, c’est qu’un grand nombre de Maliens disent que la justice ne répond pas à leurs aspirations. Et pour cause, les moyens ne sont pas mis à la disposition des magistrats pour satisfaire le citoyen lambda. Pourtant, nous voulons bien faire notre travail. Mais nous sommes entravés par le gouvernement. Il est réellement temps que ce gouvernement fasse des choses sérieuses et mette fin au folklore ».

En prenant la parole, le secrétaire aux relations extérieures du SAM, Dramane Diarra, a détaillé les conditions de vie et de travail des magistrats maliens. « Nous avons juste demandé un passeport diplomatique au gouvernement et pourtant certains commerçants possèdent ce document administratif. Un magistrat malien n’a qu’un litre et demi d’essence par jour. Le Mali reste le seul Etat qui ne donne pas le passeport diplomatique à ses magistrats. Nos primes de logement sont insignifiantes, car on ne peut avoir une maison digne de ce nom à cette somme dérisoire au Mali. Cette grève illimitée nous a été imposée par le gouvernement », a-t-il souligné.

Quant au vice-président du SAM, le doyen Aliou Badra Nanacassé, les magistrats détiennent tous les secrets potentiels sur l’Etat et dans un futur immédiat, « nous serons obligés d’en parler publiquement pour mettre tout le monde au même niveau d’information sur le gouvernement ». Et de poursuivre : « Nous romprons tout avec ce gouvernement de détournement de fonds, car nous nous sommes tus sur beaucoup de choses de ce gouvernement. Mais il temps qu’on fasse un compte-rendu sur les tonnes de dossiers du Vérificateur général au citoyen. Ce gouvernement ne pense qu’à lui seul, il s’accapare de tous les biens publics au vu et au su de tout le monde. Mais désormais, plus jamais ça… Les membres du gouvernement sont en train de voler, quand nous, nous revendiquons, c’est un silence de mort ».

Après avoir écouté un à un les membres du SAM, la délégation du parti Sadi a affirmé être édifiée sur les causes de la grève illimitée des magistrats. Elle a ensuite accordé son soutien au SAM. Selon Dr. Oumar Mariko, « il est noble et juste que les magistrats aillent en grève car leurs conditions de vie et de travail sont horribles. Ce gouvernement ne pense qu’à lui dans ce pays. Nous dirons que les magistrats ont raison sur le gouvernement par rapport à leur grève illimitée, et nous allons porter le débat à l’hémicycle pour y mettre fin une bonne fois ».

Pour rappel, il y a une dizaine de jours que les magistrats sont en grève illimitée sur toute l’étendue territoire national. Toutefois, ils assurent le service minimal.

Ousmane DIAKITE/Stagiaire

Source : Le Reporter

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes