lundi, 23 octobre 2017
 

Mali : La raggae woman Mariam Sangaré dite Sista man, militante du parti Sadi

Une femme politique qui chante ou une chanteuse devenue politique ?

Née à Bamako au milieu des années 80, dès l’âge de 9 ans, Mariam Sangaré dite Sista Mam, s’est découvert des talents de chanteuse. Titulaire d’une maîtrise en droit public international et assistante parlementaire à l’Assemblée Nationale du Mali, Sista Mam n’en est pas moins une artiste de grande valeur. Et s’il y a lieu de compter avec une artiste malienne de la musique reggae, c’est bien avec elle ! Mariam Sangaré n’est pas seulement une artiste musicienne, elle fait désormais de grands pas vers une carrière politique. C’est une fervente militante du parti Sadi, également secrétaire exécutif du forum du Réseau de la gauche africaine.

Mariam Sangaré est une Malienne prête à mettre ses connaissances et son dynamisme au service de la nation. Si, au départ, Sista Mam n’était que chanteuse, elle compte désormais s’impliquer à fond dans la politique de son pays. Néanmoins ses ambitions dans la musique restent intactes à travers les œuvres qu’elle ne cesse de réaliser dans ce sens. Elle dirige un orchestre reggae, appelé " Hakillima Roots ". C’est cet orchestre qui l’accompagne dans toutes ses prestations. Elle est aussi organisatrice d’évènements culturels.

Depuis la célébration du 60ème anniversaire de la naissance de Bob Marley en Ethiopie, Sista Mam organise chaque mois de février un festival reggae, avec des conférences débats sur l’actualité, des expositions d’objets d’art, avec d’autres animateurs et du reggae live avec des artistes nationaux et internationaux. Pour son implication dans la politique de son pays, Mariam Sangaré dite Sista Mam ambitionne d’être la future locataire du palais de Koulouba dans les années à venir. Pourquoi les années à venir ? Parce qu’elle pense tout d’abord maitriser le programme de l’Otan, du Fonds monétaire International (FMI), et bien évidemment le temps pour elle d’atteindre l’âge mature.

La venue dans la politique et son choix pour le parti Sadi ne sont pas fortuits. La célèbre Reggae woman a une vision très avancée de la politique malienne. Selon elle, le seul parti politique au Mali qui a presque la même vision qu’elle est le Sadi, le parti du révolutionnaire Oumar Mariko. Voulant donc savoir ce dont ils ont en commun, Sista Mam n’a pas hésité à prendre pour exemple un cas parmi tant d’autres cas sociaux que défend ce parti à travers l’Ong Médecins de l’espoir santé pour la communauté, " Medec/Sapcom " qui, à travers les œuvres sociales, lutte pour assurer la santé de la population, à travers des campagnes durant lesquelles l’Ong procède à la remise de médicaments et à des consultations gratuites. Elle reconnait également que le parti Sadi l’a séduite à travers sa manière franche de voir les choses et de dire tout haut ce que les autres disent tout bas.

Sista Mam reconnait tout de même que dans le jargon des Rasta, la politique est interdite. Aussi l’un de leurs commandements est de veiller au bien-être du peuple malien. Le Rasta est en quelque sorte le gendarme de la nation. " Mais aujourd’hui, la politique peut être aussi pour le Rasta le chemin de la réussite dans ce combat, car il suffit de créer ou d’adhérer à un parti politique qui a cette vision " a-t-elle précisé.

Clarisse NJIKAM

Source : http://www.maliweb.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes