samedi, 21 juillet 2018
 

Mali - MOUVEMENT SYNDICAL : l’UNTM en 3e , 4e et 5e régions

Depuis quelques mois seulement à la tête de l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm), Yacouba Katilé doit à présent restaurer l’image d’une union syndicale mal en point. Pour cela, rencontrer les travailleurs partout où ils se trouvent. Une des raisons de sa visite à Ségou, Sikasso et Mopti, la semaine dernière.

Le renforcement de la cohésion de l’Untm, la gestion de la situation socio-économique ainsi que des tâches nouvelles pour redynamiser l’organisation, comment faire face à la situation politique générale, tels sont les chevaux de bataille de Yacouba Katilé, élu depuis avril à la tête de la plus grande centrale syndicale du pays. Sur le renforcement de la cohésion de l’Untm, Katilé estime que la Centrale était dans une situation de dysfonctionnement, au point qu’il n’y avait pas de réunions ordinaires.

Résultats : seule « une dizaine de personnes prenaient des décisions très importantes, alors que cela engageait tous les travailleurs ». Mais depuis le 12e congrès, cette situation n’est plus qu’un mauvais souvenir. Katilé compte mettre tous les travailleurs de l’Untm, y compris et surtout ses camarades des régions, sur le même pied en ce qui concerne les informations et décisions relatives au monde du travail. La mobilisation a déjà commencé. Selon le nouveau secrétaire général de l’Untm, il y a eu aussi des avancées positives sur le plan international.

Ainsi, il a informé ses camarades que « la légalité et la légitimité du bureau de l’Untm comme celui du Syntade ont été reconnues par le Bureau international du travail (BIT) » Le Mali peut à présent compter sur la solidarité des centrales syndicales du monde entier. Concernant la situation socio-économique, qui est le tremplin des revendications syndicales, Katilé a souligné que malgré la difficile situation du Nord, d’énormes progrès ont été faits au plan économique au Mali.

Mais que les travailleurs n’ont aucunement senti ces progrès. « La prospérité des travailleurs étant inséparable du sort du peuple, nos revendications prendront en compte la résolution de la misère généralisée. Ceci ne veut pas dire que nous préparons une révolution. Non, nous mettrons seulement l’Untm en phase avec les données contemporaines du syndicalisme international, dont nous sommes un acteur très important, dans le cadre africain », avertit-il.

La défense des intérêts matériaux et moraux, le respect des travailleurs dans leur milieu de travail en tant qu’être humain, la formation et l’organisation des travailleurs, le renforcement de la démocratie et le développement de l’esprit et des activités de solidarité et d’entraide résument les nouvelles tâches pour redynamiser l’Untm, selon Yacouba Katilé.

Face à la situation politique générale, l’Untm prône la négociation avec les groupes armés. Après quoi, il a rappelé quel rôle l’Untm joue dans le Nord du Mali, singulièrement à Kidal. « Il est clair que les administrations au plan local et régional savent traiter avec les responsables syndicaux locaux et régionaux. C’est-à-dire que nos structures, où qu’elles se trouvent, doivent avoir leurs mots à dire sur l’avenir du Mali. Ce n’est pas pour rien que le secrétaire général de l’union régionale de Kidal s’est trouvé sous les feux avec le Premier ministre à Kidal », a-t-il révélé.

Sur le plan de l’implantation, dans un contexte où les centrales syndicales naissent pour des raisons les plus futiles, le numéro 1 de la centrale N° 1, l’Untm, a aussi sa formule pour redonner à la Centrale sa puissance et son influence d’antan. « Dans vos cercles respectifs et au niveau de la région, faites tout pour que les bureaux des comités, des divisions soient renouvelés sous votre supervision.

Que les procès-verbaux de renouvèlement soient acheminés jusqu’à Bamako. En plus, il faudrait que nous amenions tous les membres à matérialiser leur militantisme par la prise des cartes. A l’heure des élections professionnelles, la carte est le passe-droit le plus indiscutable », a-t-il dit à ses camarades des régions de Ségou, Sikasso et Mopti.

Rokia DIABATE

Source : http://maliactu.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes