lundi, 23 octobre 2017
 

Mali : Présidentielle 2012 : Oumar Mariko du parti SADI, 1er candidat investi

Pour la 3è fois, le parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi) a investi le Dr. Oumar Mariko, candidat du parti à l’élection présidentielle de 2012.

Le parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi) a investi le premier le Dr. Oumar Mariko, candidat du parti à l’élection présidentielle de 2012 à l’issue de la 2e session ordinaire de son comité central, tenue samedi 25 et dimanche 26 juin 2011 au Centre régional de l’énergie solaire (Cres). Une investiture attendue et qui confirme la volonté du Dr Oumar Mariko à briguer la magistrature suprême du pays.

Le choix porté sur Oumar Mariko par la commission d’investiture s’explique par son parcours constant en tant qu’élu de Kolondièba, ses qualités d’homme courageux et ambitieux pour l’avenir du Mali, son engagement en faveur des Maliens et l’avenir du parti et ses idées pour le développement du Mali. Outre le choix du candidat pour la présidentielle de 2012, la session a dévoilé le programme du candidat qui s’articule autour de plusieurs axes prioritaires comme l’affirmation de la souveraineté du pays, indique l’Indicateur du Renovueau. Au cœur de ce programme, le candidat envisage la lutte contre les privatisations à travers la nationalisation des entreprises comme la Régie des chemins de fer, l’Huicoma, la Comatex, la Betram, la Sotelma, la CMDT, etc. Le développement du monde rural (agriculture, pêche, élevage, artisanat, etc.), la révision des contrats miniers (qui ne profitent pas au peuple malien selon lui), l’environnement, la culture sont aussi des axes forts dudit programme. Le deuxième chapitre du programme d’Oumar Mariko a trait à la fondation d’un Etat « qui se réconcilie avec son peuple et ses travailleurs ». Il passe, selon lui, par le respect de la liberté d’expression, des droits de l’homme, la lutte contre l’émigration en créant des richesses pour les jeunes, et l’accès au logement.

Par ailleurs, le programme du candidat mentionne les domaines clés de l’éducation et de la santé, le renforcement de la sécurité et de l’armée. « Il faut un Etat soucieux de ses finances » qui œuvre pour l’assainissement de l’économie et de ses finances. Ce chantier, dira-t-il, implique un contenu à la lutte contre la corruption et la délinquance financière. « La lutte contre ce fléau à été diluée, rendue insipide à cause, essentiellement du manque de volonté politique » remarque le candidat. Qui explique que « la lutte pour la récupération des biens détournés doit permettre au citoyen malien, fonctionnaire ou privé, de comprendre que la chose publique est sacrée ». « La démocratie, pour nous, obéit à des règles qui doivent avoir une éthique et une morale. Pas une morale ou éthique des riches ou des possédants » assène-t-il dans sa profession de foi. Avant d’ajouter que « le rêve d’un grand Mali doit nos habiter et nous mobiliser ». Ce rêve nous impose, ajoute-t-il, dans le contexte de la mondialisation et du néolibéralisme de redéfinir le sens et l’orientation de l’Etat. Il s’agit de restaurer l’Etat dans une orientation d’Etat national démocratique et populaire ».

Par ailleurs, au coeur de cette session, des discussions autour du fichier électoral et des réformes politiques et institutionnelles ont eu lieu. Sur la question, le parti SADI et son candidat, penchent pour un fichier électoral fiable, plus urgent que les réformes insitutionnelles voulues par ATT. Dans ses recommandations, le parti a aussi condamné l’intervention militaire en Libye et réaffirmé son soutien total et sans réserve au peuple libyen.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes