mardi, 26 septembre 2017
 

Une rentrée difficile pour les écoles du nord du Mali

BAMAKO - Les ravages du conflit malien, qui a paralysé la scolarité pendant presque deux ans, ont perturbé la rentrée scolaire dans le nord du pays où les écoles endommagées, le manque de personnel et l’insécurité ont retardé l’enseignement.

Les écoles ont rouvert dans tout le Mali au mois d’octobre. Le gouvernement et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ont lancé une campagne [ http://www.unicef.org/mali/media_ce... ] de reprise des classes pour aider 500 000 enfants et 9 000 enseignants à redémarrer une scolarisation. Bamako a également mis en place un programme [ http://www.irinnews.org/fr/report/9... ] d’aide financière pour inciter les fonctionnaires à retourner dans le nord du pays.

Le nord du Mali avait été envahi par les militants islamistes et les rebelles séparatistes après le renversement du gouvernement à Bamako en mars 2012. Les islamistes, qui imposent une forme radicale de la loi islamique [ http://www.irinnews.org/fr/report/9... ], ont été délogés par les forces françaises en janvier. Cependant, la sécurité n’est pas encore complètement revenue dans la région.

« Malgré les mesures prises par le gouvernement, beaucoup d’enseignants n’ont pas encore repris leur travail à Tombouctou », a signalé Mody Abdoulaye Cissé, directeur de l’enseignement de Tombouctou. Il explique que certains enseignants considèrent que les 500 dollars donnés par le gouvernement pour encourager un retour dans le Nord sont trop peu et trouvent que la région est encore trop dangereuse pour y retourner.

« Ce n’est pas seulement une question d’argent. C’est aussi une question de survie. Tout le monde sait que le conflit n’est pas fini et que des attaques suicide ont lieu partout. Le gouvernement met la vie des enseignants et des élèves en danger en ouvrant les écoles dans de telles conditions. C’est pour cela que j’ai décidé de ne pas y retourner pour le moment » a expliqué Sekou Sala Koné, un enseignant de Tombouctou qui vit actuellement à Bamako.

Des années perdues

Selon le ministère de l’Éducation, le conflit et la crise alimentaire, qui ont frappé la région du Sahel en 2011-2012, ont laissé environ 800 000 enfants maliens sans école [ http://www.irinnews.org/fr/report/9... ] pendant deux ans. Même avant le conflit, le taux de scolarisation au Mali était très faible. Selon les estimations, 1,2 million d’enfants en âge d’aller à l’école, des filles pour la plupart, ne sont pas scolarisés.

« Le principal problème est que beaucoup trop d’enfants ont perdu deux ans de scolarité. Cela peut provoquer une réaction en chaîne et décourager les enfants de retourner à l’école », a déclaré à IRIN David Gressly, chef de mission du Bureau des Nations Unies au Mali et coordonnateur humanitaire.

Avec ce début d’année scolaire, la scolarisation a repris sans grandes perturbations dans la région de Tombouctou. Cependant, Mohamed Lamine, dont les enfants viennent juste de reprendre l’école, a précisé que le manque d’enseignants les oblige à travailler le double alors que le calendrier scolaire est faussé.

À Gao, ville du nord du pays, l’Union des enseignants a appelé à la grève au sujet des salaires. Le leader de l’Union, Ibrahim Touré, a affirmé que là-bas, environ la moitié des 2 597 enseignants n’a pas reçu la prime de retour au travail.

Les écoles n’ont même pas repris dans la région Kidal, au Nord-Est, contrôlée par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), un groupe de rebelles séparatistes touaregs.

« En réalité, les écoles d’ici sont fermées depuis le début de la crise. Des milliers d’enfants sont privés de leur droit à l’éducation », a déclaré Adama Kamissoko, gouverneur de Kidal.

Pillages

Soixante-sept pour cent des écoles du nord du Mali ont été mises à sac pendant la crise. Les militants occupaient environ le quart des écoles de la région. D’après l’UNICEF, un plus faible pourcentage des établissements scolaires ont été endommagés ou détruits. Les écoles de Gao sont celles qui ont été le plus saccagées.

L’occupation islamiste de neuf mois a anéanti les services publics. Dans la plupart des endroits comme les hôpitaux [ http://www.irinnews.org/fr/report/9... ] et les banques, l’eau et l’électricité viennent seulement de se remettre en marche.

Pour Oumar Touré, un enseignant qui a récemment repris ses fonctions à Tombouctou, « c’est l’avenir de ces pauvres enfants qui doit être pris en compte. Ils ont besoin de nous ».

« Je n’ai pas peur des attaques suicide à la bombe. Vous savez, que vous soyez à Bamako, Sikasso ou Kidal, vous pouvez mourir tout autant », a-t-il déclaré à IRIN.

Source : http://www.irinnews.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

Les malversations intellectuelles du professeur Reyntjens[tiré de Survie France le 25 septembre 2017]

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes