mercredi, 18 octobre 2017
 

La CGT dénonce les atteintes au droit de grève au Niger

La Confédération des Travailleurs du Niger (CDTN) déposait, le 5 novembre dernier, à A Niamey (Niger), un préavis de grève pour ouvrir des négociations pour l’amélioration des conditions de travail des policiers municipaux.

Les autorités n’ont accepté de recevoir les dirigeants de la CDTN et du Syndicat unique des agents de la Police municipale (SUAPOM) que le 10 novembre au soir, sans rien vouloir entendre des revendications de nos amis syndicalistes.

Les agents de la police se sont donc mis en grève le 11 novembre pour protester contre l’absence de prise en compte de leurs revendications. Réunis dans les locaux municipaux pour discuter avec les autorités du service minimum pendant la journée de grève, les syndicalistes de la CDTN virent alors arriver la police nationale, la Police Secours, la Compagnie nationale de sécurité, le Groupement d’intervention de la police, le Commissariat central de la police et la Police judiciaire.

Ceux-ci, à savoir une centaine d’individus, ont alors attaqué les syndicalistes grévistes à coup de matraque et de gaz lacrymogène. Un membre de la police nationale a même tiré à balles réelles, sans, heureusement, faire de victimes parmi les grévistes. Ensuite, le maire et président du Conseil de Niamey a révoqué l’ensemble des policiers municipaux les accusant de trouble à l’ordre public.

Cette atteinte au droit de grève est tout à fait inadmissible et les méthodes employées contre les grévistes sont inacceptables. La CGT témoigne de son plus entier soutien aux camarades du SUAPOM et la CDTN et à l’ensemble des policiers municipaux licenciés pour fait de grève. Elle appuie la demande de réintégration immédiate des 220 agents de la police municipale dans leurs fonctions et l’ouverture de réelles négociations pour l’amélioration des conditions de travail et de vie.

Elle rappelle que le droit de grève est un droit fondamental et appelle les autorités du Niger à respecter la convention n°87 et 88 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur la liberté syndicale et la négociation syndicale.

Montreuil, le 4 décembre 2014

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes