jeudi, 13 décembre 2018
 

NIGER : Manifestations monstres contre la présence des bases militaires étrangères

Par HABIB HASSAN

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Niamey et dans les grandes villes du Niger pour demander le départ des "forces étrangères" basées dans le pays, en plus de demander l’abrogation de la loi de finances 2018 qu’elles jugent "antisociale".

"Forces étrangères à bas !", "Armées française, américaine et allemande, allez vous-en !", ont scandé à Niamey les manifestants, qui répondaient à l’appel d’une coalition d’organisations de la société civile. Sur une banderole frappée des drapeaux français et américain, on pouvait lire : "Armée (ndlr : française et américaine) allez vous-en !, Army Go Away !, nos FDS (Forces de défense et de sécurité) nous suffisent".

Pour la première fois, l’opposition politique et trois centrales syndicales (sur la dizaine que compte le pays), avaient appelé leurs militants à prendre part à la manifestation.

"Nous avons le devoir historique de poursuivre la lutte jusqu’à la satisfaction de nos justes et légitimes revendications", a lancé Nouhou Arzika, un des principaux meneurs de la contestation. Il a qualifié de "forces d’occupation" les bases militaires notamment américaines et françaises, présentes au Niger dans le cadre de la lutte contre les jihadistes, demandant leur "départ". Des manifestations similaires ont eu lieu dans plusieurs villes comme Zinder et Maradi (centre-sud), à Tillabéri et Tahoua (ouest) et Dosso (sud), a indiqué Ali Idrissa, un autre organisateur.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes