samedi, 25 novembre 2017
 

Niger : marche de la société civile pour le respect des libertés

Les organisations de la société civile nigérienne ont organisé samedi à Niamey une grande marche en vue d’exiger, notamment le respect des libertés publiques, la réduction du train de vie de l’Etat et l’assistance aux populations qui sont gagnées par la paupérisation.

La marche, partie la Place Toumo, avait pour origine la libération des acteurs de la société civile, Moussa, Tchangari et Noufou Arzika.

Entretemps ces derniers étant libérés, elle a quand même été maintenue et ses objectifs élargis. Ainsi, les participants ont été très nombreux à l’image des associations de consommateurs, des syndicats de douaniers et des transitaires qui ont joint leurs voix à celles des commerçants pour dénoncer la mise en concession des magasins sous douane au groupe Bolloré.

Étaient également de la partie les enseignants qui réclament de meilleures conditions de travail, les transporteurs et autres chauffeurs de taxi qui exigent la réduction du prix des hydrocarbures à la pompe.

Aucun incident n’a émaillé la marche qui s’est déroulée dans la discipline et sans aucune surveillance policière. Un soutien marqué a été apporté aux forces de défense et de sécurité en lutte contre la secte terroriste Boko Haram, à l’extrême est du pays.

Source : APA

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes