mardi, 21 novembre 2017
 

Solidarité internationale face à la répression organisée à l’encontre de l’USN (Union des Scolaires Nigériens)

Alors que l’éducation au Niger est en pleine situation de crise, le gouvernement a fait le choix de répondre aux aspirations de sa jeunesse par la violence et la répression syndicale.

Pour le second trimestre consécutif, les aides sociales à destination des jeunes étudiant-e-s n’ont pas été versées, les enfermant ainsi davantage dans la précarité sociale. Cette situation concerne l’ensemble des étudiant-e-s, qu’ils étudient au Niger ou à l’étranger.

Ce contexte particulièrement problématique pour les conditions de vie et d’étude des jeunes se double d’un non-paiement du salaire des enseignants contractuels depuis plusieurs mois, et d’un projet de réforme de l’enseignement supérieur qui vise à restreindre encore davantage l’accès des jeunes aux aides sociales.

Faisant face à cette chape de plomb, les jeunes du Niger – notamment au travers de leur syndicat, l’USN (Union des Scolaires Nigériens) – ont voulu exprimer leur opposition à cette précarité sociale qui leur est imposée. C’est ainsi que, l’ensemble des jeunes du Niger à l’appel de l’USN ont fait le choix de manifester pacifiquement dans toutes les régions du pays pour appeler à une véritable prise en compte de leur quotidien. Plutôt que d’écouter les besoins de la jeunesse, le gouvernement a répondu par la force. Ce sont ainsi plusieurs jeunes qui sont aujourd’hui gravement blessé-e-s en raison des violences policières.

Au-delà de la répression de la manifestation, c’est le syndicat étudiant qui a été visé. Son siège a été envahi et est jusqu’à présent occupé par les forces de l’ordre. Suite à cet excès de violence et d’une véritable chasse à l’homme qui a été organisée par la police, ce sont plusieurs membres du Bureau National de l’organisation qui sont aujourd’hui sérieusement blessé-e-s et hospitalisé-e-s. Cette décision du gouvernement est très claire, c’est l’USN dans sa capacité à pouvoir fédérer les jeunes qui est directement attaquée.

Cette situation, arrive à un moment particulier, alors qu’une délégation de l’USN est présente au 85e congrès de l’UNEF (Union Nationale des Etudiant-e-s de France), où se trouvent également d’autres organisations étudiantes internationales. Ces différentes délégations étaient conviées pour évoquer les difficultés quotidiennes rencontrées par les étudiant-e-s et ce, partout dans le monde. Ces délégations font le choix d’exprimer leur soutien à l’USN, d’affirmer que la répression subie est inacceptable et de se tenir solidaires avec les étudiant-e-s du Niger dans leur combat pour faire respecter leurs droits.

En ce sens, nous appelons le gouvernement du Niger à respecter les droits des étudiant-e-s et les libertés syndicales, à garantir le versement de leurs aides sociales, et à mettre en place un véritable investissement en direction de l’enseignement supérieur. Cela passe notamment par la rémunération des enseignant-e-s contractuel-le-s, elle aussi bloquée depuis trois mois. Nous appelons par ailleurs la communauté internationale à soutenir l’action de l’USN dans la défense des intérêts matériels et moraux des étudiant-e-s.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes