mercredi, 19 septembre 2018
 

Le Nord du Nigeria : des vies brisées

MAIDUGURI - Dans le nord-est du Nigeria, des milliers de personnes ont péri dans les affrontements violents qui opposent les insurgés de Boko Haram et les forces de sécurité, et tout porte à croire que le bain de sang va continuer.

Les associations de défense des droits de l’homme locales et internationales ont rapporté que l’armée et la police répliquaient aux attentats à la bombe et aux tirs du groupe salafiste par des exécutions extra-judiciaires. Après cinq années d’insurrection, Boko Haram contrôle aujourd’hui des villes de l’État de Borno ; leur chef Abubaker Shekau a récemment annoncé la création d’un califat autoproclamé. [ https://www.premiumtimesng.com/news... ]

IRIN a rencontré plusieurs mères et veuves à Maiduguri, berceau de Boko Haram, qui ont perdu leurs fils ou leurs maris dans la propagation des violences.

Le mari de Haja Kalu Shatima, un fonctionnaire, a été tué en 2009, au début de la crise. Boko Haram avait tendu une embuscade aux 14 passagers d’un minibus dans lequel il se trouvait ; seulement deux personnes ont survécu à l’attentat. « Ma vie a vraiment changé, mais grâce à Dieu, nous sommes toujours vivants », a déclaré cette mère de sept enfants.

Elle peine à joindre les deux bouts en travaillant pour le gouvernement local la journée et en tenant un petit commerce le soir. Ses enfants sont scolarisés gratuitement dans l’une des rares écoles encore ouvertes dans l’État, qui est dirigée par un avocat et philanthrope de la région. [ http://www.irinnews.org/fr/report/1... ]

Le mari de Fatima Usman a été enlevé dans sa boutique l’année dernière par Boko Haram. Quelques jours plus tard, elle a appris qu’il avait été tué. Elle ne sait pas du tout pourquoi il a été pris pour cible. « C’était quelqu’un qui n’avait jamais fait de tort à personne. » Elle vit désormais avec ses parents et dépend de ses proches pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses trois enfants.

Si Mmes Shatima et Usman n’ont pas laissé libre cours à leurs émotions, Maidami Abubakar est toujours en colère contre le policier qui a abattu son mari.

Son mari avait quitté leur domicile tôt pour assister à une cérémonie de baptême, mais il a été arrêté par la police, près d’une église dans le quartier Polo de Maiduguri, et accusé de transporter une bombe. Il a été emmené dans un poste de police pour y être interrogé et a été lavé de tout soupçon - « ils lui ont dit qu’il pouvait partir » - mais en arrivant à la porte, un inspecteur a dégainé son arme et lui a tiré dessus, sans raison apparente.

Cela s’est passé en 2009 ; quelques mois plus tard, Mme Abubakar a entendu dire que le policier avait été tué à son tour. « C’est bien fait pour lui. »

Musa n’est jamais rentré à la maison

Adama Ali garde l’espoir que Mousa, son fils de 23 ans, soit encore en vie. Il a été arrêté seulement quelques jours après avoir obtenu son diplôme d’un lycée agricole en 2013. Son nom figurait apparemment sur une liste, à la suite du meurtre de deux fils d’un responsable des services de sécurité de l’État (SSS) du quartier.

« Des militaires sont entrés chez moi, ils cherchaient Musa et l’ont arrêté avec son jeune frère » qui a été ensuite relâché. Mais Musa n’est jamais rentré à la maison. Mme Ali a appris qu’il avait d’abord été détenu dans la caserne du bataillon de chars de l’unité 212 avant d’être transféré dans des locaux appartenant aux SSS.

« Depuis, personne ne m’a dit qu’il était mort, j’ai dans l’idée qu’il va rentrer un jour. Je suis convaincue qu’il ne fait pas partie de Boko Haram et les gens du quartier me l’ont également assuré. »

Son mari, un fonctionnaire, a versé des pots-de-vin à des agents de sécurité pour tenter de retrouver et d’obtenir la libération de leur fils, « mais il s’est rendu compte qu’il se faisait berné ».

« Je suis complètement perdue. Avant, je prenais le temps de réciter le Coran, maintenant je ne peux même pas me concentrer. Parfois, je ne fais que pleurer. »

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes