mercredi, 15 août 2018
 

Auchan dégage : Monsieur le ministre du commerce, c’est vous qui n’avez aucune vision

Par Guy Marius Sagna

Le ministre du commerce a fait un certain nombre de déclarations en recevant les commerçants qui disent « AUCHAN DEGAGE ! ». Parmi celles-ci : « faisons attention en parlant des étrangers. Ceux qui demandent à Auchan de dégager, si on dégage nos concitoyens, qu’allons-nous faire ? Il faut que nous soyons responsables en cas de problème. Je suis certes votre partenaire, mais cela ne m’empêche pas de vous dire la vérité quand il le faut. Il ne faut pas que nous soyons dans la démagogie, le populisme, l’extrémisme, les propos inutiles. C’est ce qui a causé la seconde guerre mondiale. Faisons attention à ça ! »

A notre ministre du commerce qui semble aimer l’histoire rappelons que notre cher Maam Bamba disait : ‘’Ban tubaab, doyna na jaamu yalla’’. Traduction : « honnir le blanc, suffit pour adorer Dieu ». Ceux dont notre ministre du commerce est l’héritier traitaient notre vénérable concitoyen de raciste anti blanc. Notre ministre du commerce oserait-il traiter l’anti colonialiste Serigne Touba de « démagogue », « populiste », « extrémiste » ? Oserait-il qualifier son propos d’« inutile » ? Tout le monde sait que le religieux « parlait du colon qui dominait, massacrait nos populations et exploitait notre pays, le Sénégal, et non de l’homme blanc en tant que tel ou de la race, plus précisément » pour parler comme notre compatriote Ababacar Fall Barros. Quand nous disons « Auchan dégage ! », nous ne disons pas « français dégage ! ». Nous disons : « néocolonialisme dégage ! ». Ce néocolonialisme qui va massacrer « tabaal Ya Ngoné » et « bitiku Bay Samba ». Néocolonialisme qui va massacrer les braves « ndongo daara » et des concitoyens que l’on compte parmi les 54% d’analphabétes qui avec la crise de l’arachide se sont investis dans le commerce. Des artistes français engagés et dénonçant l’Etat français ont dit la « nation de porcs et de chiens » (André Breton), « le temps que j’baise ma marseillaise » (Léo Ferré), « je conchie l’armée française » (Aragon), « votre République, moi j’ la tringle » (Renaud). Que doivent alors dire les victimes, descendants de victimes de l’impérialisme français ?

Lors des rencontres sur la ZLEC à laquelle nous avions été conviés par le ministère du commerce, c’est la directrice du commerce extérieur qui disait que le Sénégal n’a que des intérêts et qu’il ne devait pas se soucier des autres peuples africains. C’est nous qui disions « (…) avec la Zone de Libre-Echange Continentale (ZLEC), vous mettez en concurrence des économies dont les PIB par tête en 2015 vont de 276 dollars au Burundi à 15.476 dollars aux Seychelles, en passant par 911 au Sénégal, 1.377 au Kenya, 1.381 au Ghana, 1.399 en Côte d’Ivoire, 2.640 au Nigéria, 3.615 en Egypte, 3.873 en Tunisie et 5.692 en Afrique du Sud ». Et nous ajoutions : nous ne sommes pas d’accord pour que les entreprises nigérianes, sud-africaines, sénégalaises aillent faire au Niger, au Malawi et en Gambie ce que l’UE veut nous faire avec les ACP à travers ses accords de libre-échange. Qui est alors xénophobe, raciste ? Le ministère du commerce ou nous ? Point besoin d’être devin pour savoir qu’il va y avoir un massacre. D’un côté la 3e enseigne française, la 12e mondiale, présente dans 15 pays, créée le 06 juillet 1961 (une année après la vraie fausse indépendance de l’Etat du Sénégal qui devrait protéger la distribution nationale)…De l’autre les commerçants grossistes, demi-grossistes, tabliers d’un des 25 pays les plus pauvres du monde qui n’a que quatre (04) présences dans les 500 premières entreprises africaines (Sonatel 85e, Sar 195e, Senelec 223e, Total Sénégal 244e ).

Le massacre c’est quoi ? Comme le ministre du commerce est assez irresponsable pour encourager l’installation des enseignes internationales sans faire d’étude d’impact (L’Unacois Yessal a annoncé le lancement d’une étude d’impact dans 45 jours) le massacre pour nous sera pire que ce qui s’est passé en France. Une commune sur deux sans commerce de proximité. 100.000 commerces de proximité disparus en 19 ans. 3 à 5 emplois détruits pour un emploi créé par les grandes surfaces.

A celles et ceux qui exigent la protection de la distribution nationale, la protection de nos emplois et la souveraineté ou si vous voulez le contrôle de la distribution au Sénégal par des nationaux, monsieur le ministre ose dire « Ceux qui disent qu’il ne doit pas y avoir de grandes surfaces au Sénégal, n’ont pas de vision… ». M. Leroux directeur général de la Compagnie Sucrière Sénégalais (Css), face aux importations de sucre, dit « Je crois en la sagesse du gouvernement pour comprendre les enjeux locaux et internationaux. On ne peut pas mettre par terre une entreprise comme la Css pour permettre à des importateurs de vivre du prix du sucre très bas sur le marché international. ». M. Leroux n’a-t-il pas de vision ou comme disait Cheikh Anta Diop « la vérité sonne blanche » ?

Monsieur le ministre qui aime l’histoire et qui ignore ou feint de ne pas savoir ce que Auchan vient faire au Sénégal devrait lire Cécile Rhodes. Ce théoricien du colonialisme anglais explique ainsi le lien entre politique intérieure et politique extérieure du capitalisme : "J’étais hier dans l’East-End (quartier ouvrier de Londres), et j’ai assisté à une réunion de sans travail. J’y ai entendu des discours forcenés. Ce n’était qu’un cri : Du pain ! Du pain ! Revivant toute la scène en rentrant chez moi, je me sentis encore plus convaincu qu’avant de l’importance de l’impérialisme... L’idée qui me tient le plus à cœur, c’est la solution du problème social, à savoir : pour sauver les quarante millions d’habitants du Royaume-Uni d’une guerre civile meurtrière, nous, les colonisateurs, devons conquérir des terres nouvelles afin d’y installer l’excédent de notre population, d’y trouver de nouveaux débouchés pour les produits de nos fabriques et de nos mines. L’Empire, ai-je toujours dit, est une question de ventre. Si vous voulez éviter la guerre civile, il vous faut devenir impérialistes".

Quelle est la « question de ventre » de Auchan et de la France ? Il y a 600 suicides d’agriculteurs français chaque année. La part de marché des entreprises françaises au Sénégal est passée de 25 à 15% environ, voire moins. Le diagnostic qui fait peur et courir l’impérialisme français est plus grave. « Entre 2000 et 2011, la part de marché de la France au Sud du Sahara a décliné de 10,1% à 4,7% ». C’est quoi la « question du ventre » pour le Sénégal ? 27 migrants sénégalais sont recherchés depuis le 18 juillet 2018 en Mauritanie après leur naufrage avec 75 autres sénégalais tentant de rallier les Canaries. Le 15 juillet 2018 les gardes-côtes mauritaniens avaient remorqué une embarcation avec 125 migrants sénégalais. Le mardi 17 juillet 2018, 25 candidats-migrants ont été interpellés sur la plage de St-Louis.

La « question du ventre » c’est aussi 300.000 nouveaux demandeurs d’emplois chaque année auxquels il n’est proposé que 30.000 emplois. Quand les sénégalais dénoncent ce qui se passe avec l’autoroute à péage ou disent « Auchan dégage », l’ambassadeur de France au Sénégal défend les entreprises françaises. Le gouvernement du Sénégal défend qui ? Le ministre du commerce et ses collègues ministres devraient avoir honte de faire leur course dans une grande enseigne internationale. Dans ce contexte, tout sénégalais qui meurt dans le désert ou dans l’océan est un sénégalais tué par l’irresponsable collaboration du gouvernement sénégalais avec l’impérialisme.

Dakar, le 22 juillet 2018

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes