mardi, 28 mars 2017
 

Communiqué de Yoonu Askan Wi : Solidarité avec le peuple gambien pour la DEMOCRATIE et le respect de sa souveraineté

Le président sortant de Gambie, Yaya Jammeh, a reconnu les résultats de l’élection présidentielle qu’il a organisée dans son pays, donc sa défaite, avant de se rétracter, risquant ainsi d’entraîner cette République sœur dans une grave crise post-électorale. Yoonu Askan Wi qui, aux côtés des forces patriotiques à travers le soulèvement du 23 juin 2011 et le NON au référendum escamoté du 20 Mars 2016, s’est opposé au « Wax Waxeet » inacceptable des Présidents Abdoulaye Wade et Macky Sall, ne saurait en aucune matière cautionner celui, non moins inacceptable, du dictateur de Kanilaye : Yaya Jammeh doit partir, telle est la volonté de son peuple exprimée à travers les urnes et reconnue par lui, même si le décompte final des voix par la commission électorale laisse apparaître de graves erreurs en termes d’écart de voix entre les deux candidats.

Yoonu Askan Wi, par respect pour le peuple gambien, se démarque toutefois des menaces revanchardes de Trump et de ses alliés locaux cherchant à « régler son compte » à l’indocile Yaya Jammeh, dans une sorte de remake des funestes ingérences en Libye ou en Irak. Yoonu Askan Wi dit clairement NON à toute intervention militaire en Gambie menée par la CEDEAO, même avec l’aval de l’U.A et du Conseil de Sécurité de l’ONU. Pareille intervention ne peut être que source de menaces et de graves dangers pour la paix et la stabilité en Gambie mais aussi en Casamance, au Sénégal et dans toute notre sous région en proie à la montée du terrorisme, aux diverses menées et rivalités des puissances impérialistes uniquement préoccupées par leurs intérêts géostratégiques. Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine et n’épargnera aucun de nos pays. Il faut donc respecter le peuple frère de Gambie et lui faire confiance dans sa lutte légitime pour la démocratie, la liberté, la paix, le développement et le progrès. Les citoyens gambiens n’ont-ils pas su administrer la preuve de leur maturité à l’occasion de l’élection présidentielle du 1er décembre dernier ? Il appartient en effet à chaque peuple de frayer la voie de sa propre émancipation, avec la conviction de pouvoir compter sur la solidarité internationaliste désintéressée des autres peuples à travers le monde, loin de tout esprit de chauvinisme, de paternalisme ou de diktat et dans le respect de la souveraineté de chaque peuple.

Le SP de Yoonu Askan Wi exhorte vivement Yaya Jammeh à prendre conscience des graves périls qu’il fera courir à toute notre sous-région en s’opposant à une passation pacifique et démocratique du pouvoir le 19 janvier prochain. En même temps, Yoonu Askan Wi met en garde les autorités sénégalaises contre tout paternalisme et toute velléité d’immixtion aventuriste aux conséquences incalculables pour les Sénégalais résidant en Gambie ainsi que pour la paix, la sécurité, la stabilité et le développement dans notre pays et à nos frontières.

Fait à Dakar le 17 Décembre 2016

Le Secrétariat Permanent de Yoonu Askan Wi

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes