lundi, 23 octobre 2017
 

« Notre vision pour le Sénégal »

Coalition Bennoo Siggil Senegaal Moustapha NIASSE Candidat de l’unité et du rassemblement

Le Sénégal, un pays au bord du gouffre

Notre pays, le Sénégal, va mal. Les Sénégalais s’inquiètent de le voir régresser, jour après jour, sur de nombreux plans : celui de l’éthique et des valeurs, celui de l’économie, celui de la justice sociale, celui de la démocratie. Mais le pouvoir du Président Abdoulaye Wade est dans le désarroi, depuis la victoire de l’opposition regroupée dans le cadre de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal lors des élections locales du 22 mars 2009, lesquelles ont permis aux populations d’exprimer avec véhémence leur volonté inébranlable pour le changement.

Au plan économique et social

La politique inefficace menée par le régime de Wade, avec une ferme volonté de construire l’hégémonie libérale, a conduit le Sénégal dans une situation de faillite économique généralisée. Celle-ci se traduit par le manque de transparence dans les marchés publics, la violation des normes budgétaires, les dépassements budgétaires, la gestion patrimoniale des finances publiques, la persistance du chômage, précipitant ainsi des centaines de jeunes désespérés dans l’océan. La dégradation est perceptible dans tous les secteurs de la vie de la nation, surtout dans ceux de la santé et de l’éducation. La chute du taux de croissance entre 2000 et 2009 de 5 à 1,2 %, est emblématique de l’incapacité chronique du pouvoir à trouver une solution à la problématique du développement et de l’emploi, en particulier à l’emploi des jeunes. De la même manière, les mauvaises performances affichées par le pouvoir de Wade, malgré la situation macroéconomique positive héritée du défunt régime ne permettent guère de trouver les solutions nécessaires à l’amélioration des conditions de vie des populations, confrontées aux délestages récurrents, aux inondations et à l’absence de perspectives. Les difficultés persistantes de nombreuses entreprises nationales, jadis fleurons de l’industrie nationale, dues pour la plupart d’entre elles à la mal gouvernance, prouvent l’incompétence du pouvoir malgré les déclarations d’autosatisfaction, notamment en matière de management et de conduite des affaires de l’Etat. Le bradage du patrimoine national, la boulimie foncière du pouvoir, l’affairisme d’Etat et la logique marchande, ont fini de convaincre que ceux qui nous gouvernent aujourd’hui sont surtout préoccupés de prébendes. Ils se sont accaparés de l’Etat et des ressources aux seules fins d’en jouir. Et le Président de la République, dans sa logique d’élargir son pouvoir au profit de sa famille et de ses amis, a engagé l’Etat dans une logique de patrimonialisation, au lieu d’en faire un levier pour aider les populations à vivre mieux et à faciliter le développement au profit de tous les Sénégalais. Au plan agricole, le Président de la République, Me Abdoulaye WADE a délibérément détruit la source principale de revenus des paysans par le démantèlement de la filière arachidière, avec des conséquences extrêmement graves sur l’accélération de l’exode rural, surtout celui des jeunes qui se ruent en masse dans la métropole de Dakar, gonflant l’économie informelle, secteur de plus en plus incapable de leur garantir les moyens de leur survie. Les populations rurales sont plongées dans une grave paupérisation, soumises depuis l’année 2000 à une gestion fantaisiste des campagnes agricoles qui se succèdent et se ressemblent dans leur incohérence et leur échec.

Au plan institutionnel

Le régime d’Abdoulaye Wade installe le pays dans un péril permanent par les tensions qu’elle suscite, la violence qu’elle cultive, l’impunité qu’elle favorise. La Constitution est l’objet de modifications tous azimuts, toujours dans la même perspective de renforcer le pouvoir personnel d’Abdoulaye Wade, les Institutions de la République sont anéanties, vassalisées et saccagées. Le Président de la République refuse d’ouvrir un dialogue sincère et inclusif avec l’opposition et se complait dans une fuite en avant, la manoeuvre, la ruse, le mépris de la volonté populaire. La viabilité du système démocratique sénégalais est aujourd’hui confrontée à la logique du Parti-Etat. Le pays s’enfonce dangereusement dans une phase de recul démocratique, installant l’Etat de droit dans une crise sans précédent. La justice est instrumentalisée, malgré l’existence de magistrats dignes, honnêtes et intègres. En matière électorale, le processus est géré en dehors de toute transparence, générant des incertitudes grosses de tous les dangers et de tous les risques comme l’instabilité et les tensions sociales.

Le Sénégal dans le monde

En matière de promotion d’un partenariat mondial, le Sénégal s’est, depuis plus de 10 ans, efforcé de diversifier ses partenaires, mais cela s’est fait dans l’opacité le plus totale. La situation actuelle, avec la coopération internationale éclatée entre deux départements ministériels, ne peut que contribuer à accentuer une telle opacité.

Notre vision pour le Sénégal

Ce Sénégal que nous aimons, nous n’avons jamais cessé d’avoir foi en son grand destin, et nous demeurons convaincus que son peuple porte en lui les capacités de le transformer et de le propulser à un niveau conforme à ses aspirations. Nous savons qu’ils sont nombreux les Sénégalais qui épousent cette vision et nous pensons que, de par notre volonté collective, il est possible de nous mobiliser, et dans un large rassemblement, pour reconstruire notre pays. Oui, nous pouvons inverser les choses, rien n’est irréversible si nous le voulons tous, si nous sommes déterminés. C’est fort de cette conviction que nous avons accepté d’être le candidat investi par la Coalition Bennoo Siggil Senegaal pour la prochaine élection présidentielle de 2012. Et c’est, surtout, parce que nous avons la ferme volonté de reconstruire ce pays, appuyé par une équipe de qualité, compétente et honnête, en érigeant sur des fondations solides notre projet de société. Celui-ci propose des offres ancrées dans les réalités sénégalaises qui ont été clairement révélées par les consultations citoyennes organisées par les Assises nationales. Notre vision pour le Sénégal et pour les Sénégalais repose, pour l’essentiel, sur les conclusions des Assises nationales dont le pari optimiste sur le renouveau de notre pays est étayé par un diagnostic profond et prospectif avec des orientations novatrices. Ces offres, par conséquent réalistes et réalisables, nous les déclinerons, dans notre programme, avec précision, en en indiquant le mode d’exécution, le rythme et les ressources qui nous permettront de conduire avec succès notre ambition commune pour le Sénégal. Notre vision pour le Sénégal c’est donc un avenir pour chaque citoyen sénégalais. Nous voulons que soit reconnu à chaque Sénégalaise et à chaque Sénégalais le droit à la promotion sociale, à la reconnaissance du mérite, à la valorisation du talent. Notre ambition est de faire du Sénégal un pays où les entraves, les obstacles et les blocages sont levés pour que chaque citoyenne et chaque citoyen, chaque collectivité, puisse renouer avec l’espoir, le rêve et, par-dessus tout, formuler son projet, son idéal et l’atteindre. Ainsi donc, le Sénégal redeviendra durablement une Nation soudée et solidaire, ancrée dans sa laïcité, et qui asseoit et consolide son unité en assumant sa diversité et sa pluralité raciale, ethnique, religieuse, confrérique et culturelle. Ce Sénégal est un pays réconcilié où chacun accepte l’autre dans son identité et ses convictions. Ma vision pour le Sénégal, c’est un pays où prévaut un Etat de droit garantissant la bonne gouvernance, à tous les niveaux, en particulier la démocratie, la justice, les libertés individuelles et collectives, la paix, la sécurité des personnes et des biens. C’est un Etat où le Parlement exerce un pouvoir réel et dont la raison d’être est d’agir dans l’intérêt général. Dans ce Sénégal-là, ceux qui ont du pouvoir, que ce pouvoir soit politique, judiciaire ou économique, doivent tous rendre compte de son exercice. C’est un Etat souverain aux frontières intangibles et sécurisées, dans lequel les intérêts supérieurs de la Nation sont sauvegardés. Notre vision du Sénégal c’est également un pays où chacun a la possibilité de garantir à ses enfants, de la maternelle à l’université, en passant, entre autres, par les structures de formation générale,professionnelle et technique, une éducation de qualité dans une école publique ou dans une école autre, de son choix, où chacun peut bénéficier de soins de santé de qualité, quel que soit son lieu de résidence sur le territoire national, où le plus grand nombre peut avoir accès à un logement décent. Ce Sénégal-là est un pays où chacun a droit à un environnement sain, peut accéder au bien-être grâce à une pratique assidue du sport, dans la discipline qu’il aura choisie, et à un accès facilité aux services de transport, de l’eau, de l’électricité, des télécommunications, et aux loisirs. Dans ce Sénégal, les efforts, la créativité et l’innovation paient. L’action d’entreprendre devient, surtout pour les jeunes, un espoir légitime et possible, où chacun a le droit d’exercer librement l’activité économique de son choix, où la loi garantit à tous les citoyens et à toutes les personnes morales des droits égaux pour l’exercice d’une activité économique. Les entreprises créent sans cesse des produits compétitifs, conquièrent de nouveaux marchés, partagent les fruits de leur expansion. Notre vision pour le Sénégal, c’est également un pays où chacun a le droit de travailler et de prétendre à un emploi et où l’Etat assure la promotion de l’emploi et reconnaît à chacun le droit au travail ; un Sénégal où seront bannies les discriminations entre les hommes et les femmes, en matière d’emploi ; où l’Etat veille aux conditions de protection sociale des travailleurs et où ceux-ci participent à la détermination des conditions de travail. Ce Sénégal, c’est un pays qui a rompu avec des dépenses publiques inéquitables et infructueuses, et qui a retrouvé l’équilibre de ses finances publiques, par une croissance soutenue, et qui peut de nouveau engager plus de dépenses sociales. Ce Sénégal sera un Sénégal généreux, capable de concilier la solidarité et l’efficacité économique. L’Etat y donnera plus à ceux qui sont frappés des handicaps les plus lourds et tendra la main aux plus démunis, selon les besoins. L’Etat pourra ainsi y exercer pleinement son rôle de garant de l’intérêt général, de la justice sociale et de l’équité territoriale, pour guider, accompagner, équilibrer, mais aussi exercer son influence pour que la société évolue de manière harmonieuse. Ce Sénégal-là, c’est un pays qui reprend possession de son destin et de son leadership à l’extérieur et qui compte de nouveau dans le monde, un pays libre et ouvert au dialogue et au brassage des cultures, pleinement engagé dans l’intégration africaine et dans un partenariat international profitable.

Nos engagements pour demain

Les mesures pour chaque engagement sont consultables dans le site : www.niassepresident.com

Ce Sénégal nous le construirons en nous appuyant sur nos valeurs, qui sont au coeur de la bonne gouvernance, c’est-à-dire : la justice et l’équité le culte de la République le culte du travail la solidarité l’éthique l’organisation la discipline le développement durable dans la démocratie Ce sont ces valeurs qui guideront la conduite de l’Etat et de tous ses démembrements. Si nous sommes élus, nous consacrerons tout le pouvoir que vous nous aurez confié à oeuvrer de toutes nos forces : Pour que le Sénégal soit une démocratie consolidée en prenant les deux engagements suivants :

Engagement 1

Fonder une nouvelle république dans laquelle l’Assemblée nationale devient le centre d’impulsion de la vie politique, l’équilibre entre les pouvoirs est garantie, la justice es réellement indépendante .

Engagement 2

Faire du Sénégal un Etat réellement décentralisé par le renforcement des pouvoirs des collectivités locales et. Pour que l’emploi, la croissance et le bien être soient garantis à travers les six engagements qui suivent

Engagement 3

Assurer la relance économique par la construction d’un consensus sur le patriotisme économique, la valorisation de la production locale, le renforcement de l’environnement économique et juridique des entreprises et de l’industrie, la réduction du train de vie de l’Etat, et l’exploitation judicieuse du foncier.

Engagement 4

Rendre la filière agricole aux paysans, promouvoir un élevage moderne et intégré, protéger la pêche artisanale, systématiser le repos biologique, renégocier les accords de pêche et développer l’aquaculture, principalement dans les zones Nord, Centre et Est.

Engagement 5

Sécuriser l’approvisionnement en énergie, développer les énergies nouvelles et renouvelables et assurer l’efficacité énergétique.

Engagement 6

Assurer des services de santé de qualité dans l’environnement proche des populations et accessibles au plan financier. Assurer un enseignement de qualité dans un environnement scolaire et universitaire apaisée.

Engagement 7

Réaliser des infrastructures orientées vers le développement et résorber le déficit en infrastructures dans les différentes régions et s’ouvrir davantage aux pays voisins et à ceux de l’UEMOA.

Engagement 8

Développer le logement social, procéder au réaménagement des zones inondées et au relogement des populations sinistrées.

Engagement 9

Ancrer la pratique sportive et ses valeurs chez chacun et faire du Sénégal une terre de sport et un creuset de champions. Placer la culture au coeur de la construction de la citoyenneté et faciliter le développement des industries culturelles.

Engagement 10

Garantir l’égalité de chances, réduire les inégalités entre les différentes catégories sociales, augmenter les salaires des fonctionnaires en zones difficiles, répartir équitablement les équipements et doter en infrastructures les régions les plus défavorisées.

Pour que la paix s’installe en Casamance et dans tout le pays :

Engagement 11

Instaurer une paix définitive et durable en Casamance et une sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Pour que le Sénégal, soit un pays plus libre et plus ouvert :

Engagement 12

Renforcer l’ouverture du Sénégal en Afrique et dans le monde.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes