jeudi, 21 septembre 2017
 

Sénégal : les victimes du massacre de Thiaroye

Situé dans la périphérie de Dakar (Sénégal) le camp militaire de Thiaroye fut le théâtre d’un massacre de Tirailleurs Sénégalais en 1944.

Durant la Seconde Guerre mondiale, près de 140 000 Africains – dont beaucoup furent recrutés de force - ont combattu dans les troupes françaises. Ceux-ci ont participé en première ligne à toutes les grandes phases de la guerre, du combat contre l’offensive allemande de 1940 au débarquement de Provence. Des dizaines de milliers de Tirailleurs Sénégalais furent tués durant la Seconde Guerre Mondiale et environ 50 000 d’entre eux furent fait prisonniers dans les camps allemands.

En 1944, alors que le conflit touche à sa fin, de nombreux Tirailleurs Sénégalais – parmi lesquels se trouvaient des prisonniers de guerre à peine libérés – furent démobilisés. Les soldats attendaient le paiement de leur soldes - non versées durant la guerre - et de leur prime de démobilisation ainsi que de l’accès à leur épargne effectuée durant le conflit. René Pleven, alors ministre en charge des Colonies, leur promit de régulariser leur situation à Dakar mais des centaines de Tirailleurs refusèrent de quitter la France tant que leur situation ne fut pas totalement réglée. Ceux ayant embarqué vers Dakar, où ils furent placés dans le camp de transit de Thiaroye, ne reçurent qu’une avance sur leur prime et apprirent que leurs indemnités seraient deux fois moins importantes que celle des soldats de la métropole.

Les soldats refusèrent de quitter le camp de Thiaroye et prirent à partie le Général Dagnan venu négocier. Ce dernier, qui avait pourtant promis de payer toutes les sommes arriérées, donna l’ordre d’organiser une répression à l’encontre des soldats contestataires. Ainsi, le 1er décembre 1944 à 3h du matin des gendarmes français assistés par d’autres soldats coloniaux, ouvrirent le feu sur les Tirailleurs du camp de Thiaroye à l’artillerie lourde et sans sommation. 70 Tirailleurs furent tués, 34 autres furent arrêtés, condamnés à des peines allant de 1 à 10 ans de prison et ne touchèrent jamais leurs indemnités malgré une grâce présidentielle obtenue en 1947. Les autres Tirailleurs présents dans le camp furent transférés à Bamako (Mali). Considéré comme l’un des événements fondateurs de la lutte contre la colonisation française, le Massacre de Thiaroye démontre le manque de considération et de reconnaissance - qui prévaut encore aujourd’hui - envers les soldats africains ayant combattu durant la Seconde Guerre Mondiale mais aussi tous les conflits où fut engagée la France avant la « fin » de sa domination en Afrique.

THE VICTIMS OF THE THIAROYE MASSACRE

Located in the outskirts of Dakar (Senegal), the Thiaroye military camp was the scene of a massacre of Senegalese Riflemen in 1944.

During World War II, nearly 140,000 Africans - many of whom were forcibly recruited - fought in the French troops. They participated in the first lines in all major phases of the war, from the fight against the German offensive of 1940 to the Provence landing. Tens of thousands of Senegalese Riflemen were killed during World War II and about 50 000 of them were prisoners in German camps .

In 1944, as the conflict goes to its end, many Senegalese Riflemen - among whom were newly released prisoners of war - were demobilized . The soldiers were waiting for the payment of their pay - not paid during the war -, their bonus and the access to their savings effected during the conflict. René Pleven, then Minister for the Colonies, promised to regularize their situation in Dakar but hundreds of riflemen refused to leave France as their situation wasn’t fully resolved. Those who boarded to Dakar were placed in the transit camp of Thiaroye, receive an advance on their bonus and learned that their compensatory damages would be two times lower than that of the soldiers of the metropolis.

The soldiers refused to leave the Thiaroye camp and took aside the General Dagnan who come to negotiate. The latter, who had promised to pay all arrears, ordered to organize a crackdown on protesters soldiers. Thus, on 1 December 1944, at 3am, French gendarmes , assisted by other colonial soldiers, opened fire on Riflemen of the Thiaroye camp whith a heavy artillery and without warning . 70 riflemen were killed and 34 others were arrested and sentenced to 1 to 10 years in prison and never touched their compensatory damages, despite a presidential pardon obtained in 1947. Other riflemen present in the camps were transfered to Bamako ( Mali ). Considered as one of the founding events of the struggle against the French colonization, the Massacre of Thiaroye demonstrates the lack of consideration of which African soldiers who fought during World War II were the subject, and which still prevailing today . Those African soldiers also fought in all the conflicts were France was involved until the "end" of France domination in Africa. ‪

Source : https://www.facebook.com/DocsAfros/

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes