samedi, 23 septembre 2017
 

Sur la situation au Sénégal

Le Secrétariat du PIT s’est réuni le mardi 19 août 2014. Il a procédé à une analyse approfondie de la situation politique, économique et sociale du pays et, au terme de ses échanges, arrêté deux mesures importantes.

Il s’agit, d’une part, au vu de la gravité du contexte, de convoquer, dans les délais les meilleurs, le Bureau Politique et le Comité Central du Parti. L’objectif étant, dans la tradition du PIT, de mettre tous les responsables et militants du Parti en ordre de bataille. L’enjeu est de faire face aux défis majeurs auxquels le Sénégal est confronté. D’autre part, le Secrétariat a décidé de développer toutes les initiatives opportunes aux fins d’amener ses partenaires de Benno Bokk Yaakaar aux nécessaires échanges devant déboucher sur un ensemble d’initiatives qu’impose la situation nationale.

En effet, pour le Secrétariat du PIT, il est impératif de prendre la pleine mesure des défis auxquels la Nation est confrontée pour espérer leur apporter les solutions les plus opportunes.

D’abord, l’épidémie Ebola dont nul ne peut présager des développements. Précisément, parce qu’en dépit des mesures louables prises par le gouvernement, il demeure que cette maladie est à nos frontières et que son caractère pernicieux et ravageur commande, à la fois, une vigilance maximale et un prodigieux effort d’anticipation. Ensuite, la qualité de la présente saison hivernale dont il faut bien accepter qu’elle sera lourde de conséquences dans le vécu de très nombreux compatriotes.

Dans certaines zones du pays l’arachide et le mil sont déjà compromis. Or, toutes les terres du Sénégal ne sont pas adaptées aux cultures de substitution. Ici encore, un esprit minimal de prospective révèle qu’il faudra maintenir et amplifier les efforts faits par le gouvernement non seulement pour nourrir le bétail mais aussi pour contrer la famine dans le monde rural.

Le troisième élément à ne pas perdre de vue est lié à la crise universitaire avec ses développements tragiques du moment. L’Université sénégalaise, tout comme de nombreux autres secteurs de la vie nationale, se ressent des choix erratiques faits depuis plus d’une décennie. Or, le nécessaire effort de redressement à opérer à ce niveau touche à des intérêts parfois insoupçonnés ce qui, exacerbe ou amplifie les difficultés auxquelles il faut, nécessairement, faire face si tant est que l’on veut donner au Sénégal les ressources humaines dont il a besoin pour se hisser au rang des nations qui comptent. Enfin, et sans être exhaustif, il faut prendre en compte le niveau d’évolution du dossier dit « enrichissement illicite ». L’hypothèse du PIT c’est que ceux qui sont présumés avoir distrait des ressources publiques, à des fins personnelles, ne peuvent manquer, avec leurs soutiens et affidés, de faire flèche de tout bois pour profiter des moindres circonstances afin de tenter de mettre le régime du Président Macky Sall en difficulté.

Au total, pour le PIT, ces éléments et bien d’autres commandent à toutes les forces de progrès du pays dont les partis politiques de Benno Bokk Yaakaar, les syndicats, les organisations de la société civile, de resserrer les rangs dans le sens de la préservation des importants acquis réalisés par le peuple sénégalais. Il s’agit de faire corps pour conjurer les périls et de maintenir le cap des ruptures indispensables.

A cet égard, le PIT / Sénégal recommande au gouvernement et à l’assemblée nationale d’être particulièrement attentifs à la prochaine loi de finance rectificative. Celle-ci ne doit pas être l’occasion de ponction ni du budget de la santé ni de celui de l’éducation nationale. Tout au contraire, ces secteurs sociaux doivent voir, en raison de ce qui précède, leurs crédits accrus pour faire face aux défis du moment.

Dans le même temps, le gouvernement devra veiller à la préservation du pouvoir d’achat des travailleurs en maintenant en l’état les courageuses décisions prises concernant l’impôt sur les revenus des salariés.

Fait à Dakar le 19 aout 2014

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes