samedi, 16 décembre 2017
 

Wade met en danger le Sénégal

« Ma Waxoon, Waxeet » (Je l’ai dit et je me dédis), voilà une phrase qui restera certainement dans les annales de la politique récente du Sénégal et qui est déjà une chanson à succès qui anime les manifs anti Wade. Je l’ai dit et je me dédis c’est la seule explication d’Abdoulaye Wade pour sa promesse non tenue de ne pas concourir à un troisième mandat suite aux changements de la Constitution qui interdit plus de deux mandatures.

En 2000, contre toute attente, Wade remporte les élections contre Diouf mettant fin à des décennies de pouvoir du Parti socialiste sénégalais, archétype du parti néocolonial aux ordres de Paris. Le Sopi « changement » en Wolof avait suscité d’immenses espoirs pour la population sénégalaise, mais au bout de cette aventure politique, c’est le désenchantement. Le pays s’enfonce dans la corruption avec notamment l’affaire de l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI) dirigée par le fils de Wade, Karim, qui rien qu’en frais de fonctionnements, a coûté plus de 16 milliards de FCFA. Il connaît une désorganisation grandissante, à l’image des multiples délestages d’électricité que subissent quotidiennement les populations. Les prix des produits de première nécessité explosent, le kg de sucre de 500 CFA est passé à 700, l’huile de 3000 à 3700 et la bonbonne de gaz a elle aussi augmenté de 500Cfa. Le taux de chômage est de 49%, l’espérance de vie atteint péniblement 56 ans et l’indice de développement humain place le Sénégal en 144e position sur 169, révélant la situation catastrophique du pays.

Un seul objectif : le maintien au pouvoir du clan.

Si à 85 ans Wade est obligé de rempiler une troisième fois pour sept ans, c’est bien parce que ses plans de dévolution monarchique, comme le dit fort justement l’opposition, ont été systématiquement bloqués par la rue. Dès les élections municipales, Wade impose son fils pour briguer la mairie de Dakar, et en faire une rampe de lancement vers le pouvoir. En vain, l’opposition remporte Dakar ainsi que toutes les grandes villes du Pays. Devant cette déconvenue, Wade bricole les règles des élections en tentant de mettre en place un ticket d’un président et d’un vice-président, qui pourraient être élus dès le premier tour s’ils remportaient plus de 25 % des voix. Cette mesure met le feu aux poudres. Les grandes villes du Sénégal connaissent de véritables émeutes. Une structuration regroupant la société civile et les organisations de l’opposition se met en place : c’est le mouvement du 23 juin (M23). Wade est obligé de reculer. Sa dernière solution, faire avaliser sa troisième candidature par un Conseil Constitutionnel aux ordres. Malgré les interdictions et la répression de la police et de la gendarmerie, qui fait six morts et des dizaines d’arrestations, le M23 et les jeunes de « y’en a marre » continuent d’organiser des manifestations et des rassemblements à travers tout le pays en maintenant ainsi sous pression le pouvoir.

Elections sous haute tension

Se sachant impopulaire, Wade a mené sa campagne en mettant les bouchées doubles, sillonnant le pays aux frais de l’Etat, renforçant son réseau clientéliste en distribuant aux notables des villages des centaines de milliers de Francs CFA et en tentant de s’attacher du soutien d’un maximum de Mourides, dignitaires religieux qui ont une grande influence dans la population. Mais cela risque d’être insuffisant et le pouvoir risque fort de recourir aux fraudes électorales comme en 2007 mais de manière bien plus massive, pour permettre à Wade de s’autoproclamer vainqueur dès le premier tour des élections présidentielles risquant de mettre le pays à feu et à sang.

Du côté de l’opposition, les principales candidatures sont celles Macky Sall et Idrissa Seck, deux libéraux qui viennent directement du sérail de Wade. Celle d’Ousmane Tanor Dieng pour le Parti Socialiste sénégalais, et Moustapha Niasse, dirigeant de l’Alliance des Forces du Progrès, scission du PS qui a reçu le soutien de Bennoo Siggil Senegaal, qui regroupe la plupart des forces de gauche et d’extrême gauche.

Par les urnes ou par la rue, la population va reprendre le même conseil que Wade avait donné à Kadhafi, lors de sa visite à Benghazi : « Plus tôt tu partiras, mieux ça vaudra »

Paul Martial

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes