lundi, 11 décembre 2017
 

YAW Sénégal : Communiqué de prese sur la situation du Mali

Dakar le 13 Février 2013

Dakar le 13 Février 2013

Le Secrétariat Permanent de Yoonu Askan Wi / Mouvement pour l’Autonomie Populaire vient de recevoir l’information suivante, émanant du Bureau Politique du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) du Mali, qui « informe ses militants, l’opinion nationale et internationale que dans la journée du lundi 11 février 2013 vers 16H30, des hommes armés en civil ont violemment interpellé le Secrétaire Général du Parti, Dr Oumar MARIKO, avant de l’emmener vers une direction encore inconnue. Le Bureau Politique du Parti SADI prend à témoin le peuple malien face à cette nouvelle provocation des autorités intérimaires du Mali. Il rappelle que notre Parti a joué à l’apaisement en cette période cruciale d’état d’urgence afin de concentrer tous les efforts sur le soutien à nos forces armées et de sécurité pour accélérer la libération de notre territoire. Notre nation est empêtrée depuis janvier 2012 dans une guerre planifiée et mise en œuvre par le pouvoir défunt du Général Amadou Toumani Touré et ses soutiens (ADEMA, URD, PDES) regroupés aujourd’hui au sein du FDR. Le Parti SADI ne comprend pas pourquoi les autorités maliennes profitent de cette période qu’elles ont décrétée « Etat d’urgence » pour perpétrer une arrestation violente aux allures d’enlèvement sur le Secrétaire Général du Parti. Le Parti SADI rend le Professeur Dioncounda Traoré responsable de tout ce qui arrivera au Dr Oumar Mariko ».

Le député Oumar Mariko, secrétaire général du parti SADI, est aussi président de l’association malienne "Médecins de l’Espoir/Santé pour la communauté", et président de la radio communautaire Radio Kayira. Il a toujours veillé à garder des contacts avec les différentes parties prenantes du conflit dans le Nord pour apporter sa contribution en vue d’une juste résolution de la crise dans ce pays aujourd’hui en guerre. En Août dernier, il a effectué une mission à Dakar en compagnie du Pr Issa NDIAYE, au cours de laquelle ils ont été accueillis au siège de Yoonu Askan Wi afin d’instruire largement les militants et responsables de la gauche sénégalaise sur les tenants et aboutissants de la crise au Mali. Yoonu Askan Wi exige sa libération immédiate. En outre, il est plus qu’urgent de restituer à l’armée malienne les armes commandées et, selon certaines informations, bloquées par la CEDEAO dans les ports de Dakar, Conakry, Abidjan et Accra. Le MNLA qui œuvre à la partition du Mali doit être désarmé et l’armée nationale malienne doit pouvoir entrer dans Kidal, Aguelhoc et accéder sans entraves à toutes les localités sur l’ensemble du territoire malien. La défense de l’intégrité de l’Etat du Mali est à ce prix. Si les troupes françaises de l’opération ‘’SERVAL’’ se rendent complices, aux côtés du MNLA, de la partition du Mali, elles révèleront plus clairement aux yeux de l’opinion malienne, africaine en général, que HOLLANDE, son gouvernement et son armée sont venus défendre au Mali, non les intérêts de ce pays africain, mais bien ceux d’AREVA, des multinationales de l’uranium, du pétrole et du gaz, les intérêts économiques et géostratégiques de la France.

Face à la faillite de leurs élites dirigeantes, il appartient aux peuples d’Afrique de libérer et d’unir le continent. Pour la libération immédiate de Dr Oumar MARIKO ! Pour la paix et l’unité au Mali ! Pour l’unité africaine des peuples ! Pour la libération nationale, la souveraineté populaire, la démocratie et le développement au service des peuples d’Afrique !

Le Secrétariat Permanent

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes