samedi, 17 novembre 2018
 

Tribunal de Paris : Vincent Bollore perd face à un africain

Jeudi 29 Mars 2018

exclusif.net

La cellule de communication du groupe Bolloré avait pompeusement annoncé sa plainte contre le journaliste Adama Gaye le mois de décembre 2016. Après plus de 20 mois de procès, la montagne a accouché d’une souris.

C’est une information de grande taille qui a failli nous échapper. En effet la 17éme chambre du tribunal de grande instance de Paris a donné, ce mercredi, son verdict dans le litige qui opposait le journaliste Adama Guaye et Vincent Bolloré. Notre confrère a été condamné pour avoir tenus des propos injurieux à l’endroit de Bolloré. Mais ce dernier qui demandait 50000 euros (32, 5 millions FCFA) n’a eu qu’un euro soit 650 FCFA de dommages et intérêts. Une humiliation totale pour le groupe français. D’ailleurs on a appris que le tribunal n’ a pas demandé la publication du verdict.

Interrogé par le site exclusif.net, Adama Gaye parle d’une victoire car le délit de diffamation n’a pas été retenu. « Je suis content de ce verdict car le délit de diffamation n’a pas été retenu contre ma personne. Je ne comprends pas le silence de la presse sur cette victoire, qui honore l’Afrique et ses fils. »

Pour rappel, le journaliste avait écrit sur sa page facebook les propos suivants et que l’homme d’affaires était un prédateur « qu’on ne s’y trompe surtout pas donc : Mo Frank Timis, Vincent Bolloré et toute cette faune sont pareils. Ils cajolent les dirigeants des Etats africains pour mieux leur soutirer les biens précieux de nos pays. Souvent, ils sont du côté des dictateurs. Ils les aident même à placer leurs sous détournés dans des paradis fiscaux ou à faire des entourloupes pour éviter la surveillance des peuples. Il ne faut pas donc être impressionné par ces arnaqueurs. Ce sont nos ennemis. Comme certains journalistes, nationaux ou internationaux, ils sont en service commandé », soutenait Adama Gaye.

Il ajoute : « Et de l’autre, pour avoir dit que le Sénégal est la proie de prédateurs du genre Bolloré et autres. Et c’est probablement la raison qui l’a fait sortir de ses gongs. J’ajouterai que l’interview que j’ai accordée, il y a une semaine, pendant la visite de Macky Sall à Paris où je dénonçais la recolonisation consentie du Sénégal par rapport à la France, peut aussi être à l’origine de cette plaine ».

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes