mardi, 21 novembre 2017
 

LE RAJOSEP APPELLE A DES ENQUÊTES SUR LES CRIMES RITUELS

COMMUNIQUE DE PRESSE

Depuis le mois d’Août 2011, un climat d’insécurité va grandissant dans la capitale togolaise et ses environs avec des crimes de sang et bavure commis sur des populations civiles.

Des médias n’ont cessé de relever des assassinats et crimes de sang commis sur d’honnêtes citoyens en particulier des jeunes filles. Le dernier en date remonte au dimanche 30 Octobre où une jeune fille a été retrouvée sans vie, quasiment vidée de son sang, à Adidogomé Avatamé, un quartier périphérique de la capitale.

Depuis lors, pas moins d’une dizaine de corps ont été retrouvés sans vie dans les quartiers Agoè, Adidogomé… et leurs environs dont certains se sont vus amputées des parties intimes.

Le Réseau africain des journalistes sur la sécurité humaine et la paix (RAJOSEP) s’étonne de noter que des crimes ont été aussi commis au quartier Agoè, non loin du champ de tirs des Forces Armées Togolaises (FAT), une zone pourtant sécurisée.

Le RAJOSEP constate aussi que le 19 octobre 2011, une opération policière en vue de la saisine du carburant frelaté à Agbodrafo, dans la préfecture des Lacs s’est soldée par un blessé par balles. Alors que la version officielle soutient que la police n’a fait que tirer en l’air, les recoupages du RAJOSEP sur les lieux révèlent que la victime a été atteinte à bout portant.

Le RAJOSEP se dit vivement préoccupé par ces différentes situations susceptibles de créer un climat de psychose généralisée dans le pays si ces meurtres et incidents demeurent non élucidés.

Le RAJOSEP interpelle les Associations de défense et de protection des droits de l’homme et notamment celles œuvrant dans le secteur du droit des femmes à prendre la mesure de la situation et à agir en conséquence.

Le RAJOSEP exige du gouvernement togolais de mener des enquêtes et punir les auteurs de tels actes conformément à la loi.

Le RAJOSEP rappelle au Ministère de la Sécurité de garantir un climat de paix et jouer pleinement son rôle, celui de la protection des populations civiles.

Le RAJOSEP appelle les parents et tuteurs à veiller sur leurs enfants afin de leur éviter ces crimes de sang qui ne cessent de se répéter à l’approche des périodes de fin d’année.

Le RAJOSEP qui travaille sur les thématiques de Sécurité humaine et de Paix, réitère son appel à l’endroit du gouvernement à mettre l’humain au centre de l’action gouvernementale.

Lomé, le 03 Novembre 2011

Pour le Président et P.O

Le Secrétaire Général

Jean Baptiste ATTISSO

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes