jeudi, 23 novembre 2017
 

LE TOGO : ENCORE UNE FOIS, EXIT LES COLLABOS ! ! !

« Mais la dialectique du processus révolutionnaire montre que, dans certaines conditions historiques, la partie est infiniment plus grande que le tout »

Léon Trotsky( 1)

Par mon article en date du 18 juillet écouté, intitulé « Le Togo : Attention !!! Les collabos sont encore à l’affût ! », je mettais sérieusement en garde les vrais combattants togolais de la liberté contre nos concitoyens véreux qui ont choisi d’être, depuis belle lurette déjà, des sauveteurs avérés et invétérés du régime RPTiste chaque fois que celui-ci apparaît à bout de souffle. Et ce, tout en se faisant passer pour des « opposants » ! Ainsi donc, à peine eus-je mis un point final à mon texte que ces collabos notoires et éhontés, qui se trouvaient effectivement déjà en embuscade, se dévoilèrent au grand jour. Avec des arguties qui prouvent qu’ils ont toujours pris et prennent encore les Togolais pour des conards boiteux… Je ne tomberai pas dans leur panneau… en les nommant : ils se connaissent tous parfaitement !

Cela étant , je voudrais prendre la liberté de marteler ici, une fois de plus, les assertions suivantes qui m’ont, de tout temps, tenu à cœur.

I) LE COMBAT PLURI-DECENNAL DU PEUPLE TOGOLAIS EQUIVAUT A UNE REVOLUTION

Oui ! S’il est vrai que l’issue de la Grande Révolution française de 1789 aura été, dans une immense mesure, fille de l’horrible machine inventée par l médecin Joseph Ignace Guillotin

( 1738-1814) et baptisée guillotine, (en son temps plantée à l’actuelle Place de la Concorde à Paris), il est également exact que toute révolution n’implique nullement de couver dans les entrailles de cette monstrueuse machine…En d’autre termes, le combat de libération nationale que mène le peuple togolais depuis le 13 janvier 1963… s’avère bel et bien une révolution. C’est-à-dire une lutte épique visant un retournement intégral, à 360°, d’une situation politico-sociale exécrable et exécrée.

A cet égard, la thèse « unanimiste », fallacieuse, collaborationniste, d’une certaine couche de la « classe politique » togolaise ressort, non seulement comme fausse, comme relevant de la mythologie, mais, mieux, comme l’antithèse elle-même de la vérité que l’Histoire universelle nous atteste. Alors !

II) COALITION DE L’ « OPPOSITION » OU PANIER DE CARPES, DE CRABES ET DE COBRAS ?!

En effet, une révolution démarre toujours dans une relative confusion, avec un conglomérat à contours insaisissables, regroupant des protagonistes plus ou moins velléitaires, plus ou moins fiables… Mais, chemin faisant, les choses se décantent progressivement, et la scène politique se purifie. Si bien qu’en fin de compte, en règle générale, il reste une minorité d’acteurs en lesquels le peuple concerné se reconnaît… Il reste, dis-je, une poignée d’hommes et de femmes aguerris, trempés tel l’acier dans la dialectique de la révolution elle-même. Il reste des personnages qui, de l’état proto, sont maintenant devenus des hommes et des femmes véritables. (Comme dirait Boris Polévoï). Alors, Léon Trotsky-qui demeurera à jamais l’un des plus illustres révolutionnaires que la Terre aura portés-peut écrire « que, dans certaines conditions historiques, la partie est infiniment plus grande que le tout ».

Oui ! La quantité factice, aléatoire, fait place à la qualité opératoire, efficiente.

III) ENCORE UN « DIALOGUE INCLUSIF » ?!

Au jour d’aujourd’hui, s’accrocher encore à un hypothétique « dialogue » soit disant « inclusif », « inter togolais », que sais-je ?, c’est, assurément, faire preuve d’une mauvaise foi manifeste ou d’une étrange cécité politique. A la vérité, compte tenu de notre récurrente et riche expérience en la matière depuis 1991, continuer à s’arc-bouter sur un prétendu « dialogue » inter togolais, c’est s’attendre à ce que la clique oligarchique gnassingbéenne veuille bien creuser sa propre tombe, qu’elle accepte, de gaîté de cœur, de se faire hara-kiri… Continuer à croire que nous résoudrons la question togolaise par le truchement d’un « dialogue », c’est imaginer que nous pourrions tendre un coupe-coupe à un singe et lui demander de couper la branche sur laquelle il est assis !

Nous savons tous que si l’esprit des prescriptions de l’ « Accord Politique Global » du 20 août 2006 était seulement appliqué, la dite question togolaise eût été depuis longtemps déjà réglée.

Tant il est vrai qu’ « Il n’est d’avenir serein que celui qui se lit dans le passé » ( 2) On dit chez nous qu’ « Il n’y a de bon dimanche que celui qui s’annonce comme bon déjà le samedi précédent »

En vérité, en l’état actuel des choses au Togo, un éventuel « dialogue » ne déboucherait, dans le meilleur des cas, que sur la substitution du C de la Cohabitation… pour ne pas dire de la Collaboration, à celui du Changement tant souhaité par notre Peuple.

IV) QUE FAIRE ?!

DE LA RESISTANCE ET DE LA VIGILANCE !!!

Une fois encore, exit les collabos ! Combattants authentiques togolais de la liberté !

Nous avons à résister et aux oligarques qui ont déjà trop nui à notre pays, et aux collabos opportunistes, lankonyistes, ambitieux aux pieds d’argile, qui ont déjà trop handicapé notre lutte salvatrice. Car, Adolf Pérez Esquivel a raison de croire que « Résister, c’est le début de la victoire ». Combattants de l’ANC, du FRAC, du CST, face aux girouettes arc-en-ciliennes, par notre Foi, notre Courage et nos Sacrifices, la Nation togolaise Renaîtra !

Paris, le 10 août 2012

Godwin Tété

1.Léon Trotsky, Histoire de la Révolution russe (Tome 2). La révolution d’Octobre. Ed. du Seuil, Paris, 1995, p. 317. ↩

2.Cf. Jacques Séguéla, Le pouvoir dans la peau. Ed. Plon, Paris, 2011, p.15. ↩

Source : http://cvu-togo-diaspora.org/

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes