mardi, 14 août 2018
 

Algérie : fortes préoccupations pour la santé des syndicalistes menant une grève de la faim

La CSI a fait part de sa vive inquiétude pour la santé de neuf dirigeant(e)s syndicaux algériens qui mènent une grève de la faim depuis quatre semaines et demande au président Abdelaziz Bouteflika d’intervenir.

Les neuf hauts responsables syndicaux représentant des greffiers de justice ont entamé une grève de la faim après le refus du ministre de la Justice de s’occuper d’une série de plaintes liées au travail de la part d’employé(e)s du ministère et le rejet constant du gouvernement de reconnaître leur organisation, affiliée au Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP).

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a expliqué combien ils étaient très inquiets pour la santé des grévistes de la faim qui se détériore rapidement. « Nous demandons au gouvernement algérien de revenir sur sa politique de confrontation, d’accepter le droit de ces personnels de former leur propre syndicat et d’y adhérer, et de négocier une solution globale pour les plaintes qu’ils ont soulevées. Un ministre de la Justice doit avant tout agir de façon juste, conformément au droit international. »

La Fédération nationale de la justice a été créée lorsque des travailleurs/euses du secteur ont refusé d’être représentés par des personnes désignées par le gouvernement. Lorsque le ministre de la Justice a rejeté le syndicat, ses membres ont lancé une grève nationale le 10 avril, à laquelle 90 % du personnel a participé et qui a duré 21 jours. Les autorités l’ont violemment réprimée, notamment en procédant à des arrestations et à des suspensions d’employé(e)s. Le 6 mai, face à l’intransigeance persistante du gouvernement, les neuf membres de la direction de la Fédération ont entamé une grève de la faim, exigeant que le ministre accepte de dialoguer avec l’organisation.

La CSI a appris que les neufs syndicalistes, à savoir, Leïla Aberkane, Rabia Menaa, Nadia Derouiche, Zahia Boutaoui, Fouzia Bouziani, Mourad Ghedia, Saad Bourekba, Azziza Haddadi et Beldjani Djemai, étaient dans un état critique, ayant déjà perdu 10 % de leur poids. Plusieurs d’entre eux ont été admis à l’hôpital pour des soins d’urgence.

La CSI représente 175 millions de travailleuses et de travailleurs au travers de 308 organisations nationales affiliées dans 153 pays et territoires.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter le Service Presse de la CSI aux numéros : +32 2 224 023 ou +32 476 62 10 18.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes