jeudi, 19 septembre 2019
 

« Grand peuple algérien, je te dis toute ma fierté »

Par Ismael Ghellil

Un lecteur de Mondafrique, le docteur Ismail Guellil, rend hommage à « la résurrection » du peuple algérien

Grand peuple Algérien, de toutes l’Algérie Bonjour Azul, As-salâm ‘aleïkoum Je voudrais vous dire toute ma gratitude pour m’avoir permis de vivre la résurrection de l’Algérie combattante, que d’aucuns avaient enterrée trop vite.

Je voudrais vous dire toute ma joie, toute ma fierté de vous voir reprendre le flambeau de vos ainés. Ils ont libéré l’Algérie de la domination coloniale ; vous êtes en train de rendre aux Algériens leurs libertés et leur fierté spoliées depuis l’indépendance.

Depuis le 22 février 2019 notre peuple se montre mature, vaillant, solidaire comme le peuple qu’il a toujours été en se libérant de la sanglante colonisation française, comme sa victoire sur le terrorisme islamiste qui a décimé une grande partie de ses enfants. L’abus de pouvoir, El- HOGRA, la corruption, l’absence d’une justice , le marasme économique ont abêti les gens en les plongeant dans un manque de dignité quotidien que ce soit devant un guichet d’une quelconque administration institutionnelle ou devant la réception d’un hôpital . Un manque de dignité qui a fait que nos enfants préfèrent affronter la mort en traversant la mer dans des embarcations de fortune pour tenter de réussir d’une façon « normale » puisque leur pays leur bouche toute perspective d’avenir « normal ».

L’annonce d’un 5eme mandat présidentiel a été la goutte qui a fait déborder le vase, une mobilisation sans leader et sans aucune obédience politique a fait réagir des millions d’Algériens comme un seul homme avec un seul mot d’ordre « système dégage » Depuis le vendredi 22 février 2019 et à chaque vendredi suivant les marches se succèdent, pacifiques, disciplinées, fraternelles et joyeuses mais le système est toujours là, il s’accroche, s’accroche d’abord à coup de lettres puis à coup de promesses.

Le pouvoir n’a d’abord pas pris en considération la première marche puisque Ouyahia a dit que les gens ont marché « parce qu’il faisait beau « puis voyant que le peuple qu’il considérait comme mineur était en fait majeur a changé et est devenu conciliant et compréhensif et a fini se rallier aux marches. On y voit des membres du FLN et du RND qui applaudissaient fort au 5eme mandat se rapprocher du peuple et retourner leur veste, or personne n’est dupe, ces opportunistes hypocrites sans foi ni loi ne font qu’user de ruse pour rester en pole position quoiqu’il puisse arriver. Les soutiens du président, très présents au cours des derniers mois se retirent de façon spectaculaire. Mais ce même pouvoir continue à tergiverser en dépit d’une cinquième marche ce vendredi 22 Mars, marche tout aussi grandiose que les précédentes avec des slogans encore plus insistants et plus percutants quant au départ du système. Les élections présidentielles ont été reportées, la constitution violée, maintenant le régime use de stratégies puissantes pour freiner l’élan révolutionnaire via des médias à son solde il veut absolument faire dégénérer ce magnifique mouvement social dont le monde entier parle. Des vidéos qui circulent récemment sur les réseaux sociaux pour semer l’incertitude et la peur de « l’après dégage ». , ces vidéos sont des montages savants pour dissuader, effrayer et déconseiller le peuple à continuer sa marche pour la dignité et le progrès.

Il y a eu après la marche du 1er Mars la vidéo de baltadjia (casseurs à la solde du régime) qui cassaient, pillaient et brûlaient et se faisaient passer pour des jeunes citoyens qui participaient à la marche ; certains messages vocaux émis sur Messenger ont même affirmé que l’armée allait tirer sur le peuple.

Aujourd’hui, lors de la 5eme marche, des groupes extrémistes ont scandé des slogans islamistes pour semer le désordre dans la foule et créer la pagaille. Ils ont été vite arrêtés par les autres manifestants mais la vigilance est doit être de taille ; le mouvement démocratique ne doit pas être récupéré par l’islamisme extrémiste, les souvenirs de la décennie terroriste sont encore présents dans nos mémoires. Donc vigilance, prudence et sagesse. Des vidéos sur les réseaux sociaux font planer le doute chez les gens pour briser l’élan vers la démocratie quémandée par le peuple. Il faut se méfier et faire attention à ne pas tomber dans le piège de ces éléments subversifs qui se servent de sujets sensibles comme le régionalisme, la langue et la religion pour diviser le peuple et créer des scissions régionalistes. Notre religion est l’Islam depuis des siècles, c’est la religion de nos ancêtres depuis des siècles, le fanatisme, l’intégrisme et la violence sont à exclure à tout jamais. Le régionalisme est un appel la haine, à la division, or l’Algérie est une entité avec son désert, son littoral et ses montagnes. L’Algérie est une, avec ses coutumes, ses langues et ses couleurs, nous sommes tous des enfants de chouhada qui seraient aujourd’hui fiers de nous. Nous sommes tous les enfants de notre mère patrie l’Algérie. Nos parents ou grands-parents ont combattu coude à coude le colonialisme, nous devons faire comme eux et continuer à combattre et dire encore « système dégage ».

Nous avons montré au monde combien nous pouvons être des citoyens déterminés, disciplinés et éduqués. Alors encore une fois attention à la division ou à la dislocation de notre formidable vague libératrice. Nous sommes tous algériens, nous aimons tous notre pays. La colère et la détermination sont notre moteur, elles doivent être toujours là c’est elles qui nous pousseront atteindre le bout du tunnel qui n’est pas si loin que çà.

https://www.facebook.com/ismail.par...

Dr Ismail Guellil

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes